COCOV, la première application marocaine qui encourage au covoiturage

Publication: Mis à jour:
FRIENDS CAR SUNSET
wundervisuals
Imprimer

TECHNOLOGIE - Partager l'expérience de la route avec des personnes de son choix, partager les frais de voyage avec une communauté de confiance et surtout... partager des moments! Telles sont les promesses de COCOV, première application de covoiturage, créée il y a quelques mois par Senhaji Hamza et Bahlouli Zouhair, deux jeunes diplômés en ingénierie de 27 ans.

Après l'implantation du pionnier Blablacar au Maroc, nombreux sont les sites de covoiturage comme Dinim3ak ou Cocovoiturage qui ont vu le jour dans le royaume. S'ils disposent tous d'un site internet, il n'ont en revanche toujours pas développé d'applications accessibles.

Lancé le 30 juin dernier, COCOV s'est donné pour défi de "développer le protocole de covoiturage auprès de la société marocaine et de bâtir une communauté de confiance", comme le confie au HuffPost Maroc Hamza, co-fondateur du projet. Celui-ci s'inscrit dans une démarche d'économie collaborative et questionne l'avenir et le développement des transports au Maroc. Mais les motivations de cette application sont aussi écologiques et veulent inciter à l'éco-responsabilité.

cocov

Si le transport dans les grandes villes du royaume se développe doucement, le nombre de voitures ne cesse d'augmenter. Les grands axes et boulevards étant encombrés, il est souvent très compliqué de circuler de manière fluide à certaines heures de la journée.

Pleins d'ambitions, Hamza et Zouhair ont foi en leur projet et souhaitent permettre aux Marocains de se déplacer plus facilement, notamment dans les endroits reculés et mal desservis. Le tout en réduisant les émissions de CO2, le coût d'un trajet et en allégeant le trafic sur les routes.

Opération séduction

Dès le lancement, l'application, gratuite, a été téléchargée plus de 5.000 fois, suscitant un vif intérêt notamment chez les jeunes. La page Facebook comptabilise presque 10.000 likes, interpellant de nombreux curieux et non initiés au covoiturage. Plus de 500 trajets ont été effectués ces deux derniers mois, selon Salma Khaila, community manager de COCOV.

Petit bémol: l'application est seulement disponible pour les usagers Android sur PlayStore. La version iOS pour les détenteurs d'appareil Apple devrait sortir prochainement. Une fois COCOV téléchargé, il suffit de s'enregistrer avec son compte Facebook puis de chercher ou proposer des trajets. Le paiement s'effectuera ensuite directement entre les usagers.

Étudiante à Rabat, Hajar Méliani a été séduite par l'initiative et envisage de faire du covoiturage plus souvent. "Je préfère prendre un covoiturage, pour m'épargner la galère des 4 taxis par jour que je prends. C'est pratique, puis ça peut éviter moins d'embouteillages et réduire la pollution", nous explique-t-elle.

Convivialité mais aussi sécurité

Au delà des enjeux écologiques et économiques, le covoiturage permet souvent de faire des rencontres, nouer des amitiés et rendre un trajet plus agréable. Cependant, la question de la sécurité se pose, notamment lorsqu'on est une femme. Il est souvent recommandé de ne pas voyager seule dans les transports et les nombreuses agressions à l'encontre de jeunes filles peuvent en témoigner. Monter dans une voiture avec un inconnu présente des risques que certaines ne sont pas prêtes à prendre. "Il faut bien choisir son conducteur, mais je ne voyagerai de préférence qu'avec une femme car je crains pour ma sécurité", poursuit ainsi Hajar. Si aucun problème n'a été signalé ces deux derniers mois, COCOV travaille sur le renforcement des mesures de sécurité pour ses usagers.

LIRE AUSSI :