L'Arabie Saoudite invente le délit de "silence sur le Qatar" et arrête des dizaines d'intellectuels et universitaires

Publication: Mis à jour:
SAUDI ARABIA MOHAMMED BIN SALMAN
A picture taken on June 6, 2017 shows a poster of Saudi King Salman (C), Crown Prince and Interior Minister Mohammed bin Nayef (R) and Deputy Crown Prince and Defence Minister Mohammed bin Salman placed on on the offices of the Saudi national airline carrier in Riyadh.Arab nations including Saudi Arabia and Egypt cut ties with Qatar accusing it of supporting extremism, in the biggest diplomatic crisis to hit the region in years. / AFP PHOTO / FAYEZ NURELDINE (Photo credit should read FAYE | FAYEZ NURELDINE via Getty Images
Imprimer

L'Arabie saoudite n'a pas fini d'innover en matière de délit d'opinion. Une véritable purge contre les intellectuels, universitaires et théologiens accusés de non participation à la campagne nationale de dénigrement contre le Qatar bat son plein dans le Royaume.

Depuis trois jours maintenant, la police saoudienne multiplie les arrestations d’universitaires, chercheurs ou écrivains qui sont proches des mouvances islamistes pro-Qatar dans le royaume, avec pour chef d’accusation “le silence sur le Qatar” et la “non-participation à la campagne médiatique contre le Qatar”.

Selon une organisation saoudienne de défense des droits de l’homme Al Qasst, la police du royaume a ainsi arrêté plus de cinquante personnes, parmi lesquelles l’economiste Issam Al Zamel, les théologiens Abdallah Al Maliki, les chercheurs Walid Al Hurini, Mustafa Al Hassan en plus du présentateur télé de la chaine Al Majd, Fahd Al Sanidi.

L’arrestation de Issam Al Zamel a fait l’effet d’une bombe au Royaume, étant donné que cet économiste occupe le poste de conseiller du gouvernement saoudien et qu’il a représenté le royaume dans de nombreux congrès et rencontres internationales y compris récemment.

Cette vague d’arrestations a commencé alors que des dizaines d’écrivains et intellectuels saoudiens ont décidé d’abandonner l’utilisation des réseaux sociaux de peur d’être arrêtés. Alors que d’autres se sont vus obligés de publier des posts sur Twitter et Facebook attaquant le Qatar et ce après qu’il les autorités saoudiennes ont a été de criminaliser ce qu’ils appellent le “silence sur Qatar” et procéder immédiatement à la détention de ceux qui en sont accusés.

Parmi les universitaires, des femmes ont été aussi convoquées et questionnées par la police sur leur opinion quant a la campagne que mène l’Arabie Saoudite contre le Qatar après avoir imposé un embargo sur ce petit pays.

Le site Al Araby al Jadid affirme que le gouvernement saoudien s’apprête à annoncer une “campagne d’épuration culturelle” très prochainement qui se formaliser dans un premier temps par le bannissement de 250 universitaires saoudiens de leurs postes d’enseignants.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.