Les lauréats du prix de la littérature arabe 2017 révélés

Publication: Mis à jour:
PRIX LITTRATURE ARABE
institut du monde arabe
Imprimer

LITTÉRATURE - Le prix de la littérature arabe, organisée par l'Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère, récompense chaque année le meilleur roman de littérature écrit et publié par un écrivain issu des pays membres de la ligue arabe.

Cette année, pour la cinquième édition, le jury était composé, entre autres, de personnalités du monde littéraire et culturel telles que Nada Al Hassan, spécialiste du patrimoine culturel, l'écrivain et peintre marocain Mahi Binebine (lauréat du Prix du Roman arabe en 2010), ou encore Jean-Pierre Elkabbach, journaliste à Europe 1. Ils ont délibéré sous la présidence de Pierre Leroy, co-gérant de Lagardère SCA.

Après délibérations, le prix de la Littérature arabe 2017 a été attribué à l'écrivain irakien Sinan Antoon et son oeuvre "Seul le grenadier", publié en 2010 en arabe et édité cette année en français. Un roman chaleureusement accueilli par la critique lors de sa sortie et qui raconte la vie d'un jeune homme, sous le régime de Saddam Hussein, qui rêve d'échapper à son destin de laveur de cadavre pour devenir sculpteur. Une ode aux rêves de l'adolescence et aux désirs d'émancipation.

Mahi Binebine a publié hier soir, sur sa page facebook, l'ensemble des résultats:

Une écrivaine marocaine primée

"Mourir est un enchantement" de l'écrivaine et historienne marocaine Yasmine Chami a été récompensé du prix du jury, ex æquo, avec l'écrivain syrien Khaled Khalifa et son roman "Pas de couteaux dans les cuisines de cette ville".

Après une série de reportages sur la société marocaine où elle abordait la place des femmes, l'éducation ou la sexualité, Yasmine Chami dépeint dans son livre l'histoire d'une femme marocaine, qui à travers des photos et souvenirs, retrace son histoire familiale au coeur du Maroc moderne. Un roman mélancolique qui relate le combat des femmes de manière intime mais aussi universelle.

Une cérémonie de remise des prix aura lieu à l’Institut du monde arabe le 18 octobre prochain, en présence de Jack Lang, président de l’IMA. Sinan Antoon se verra remettre son prix doté d'un montant de 10.000€.

Parmi les romans qui étaient en lice, on retrouvait "La Fille de Souslov", de Habib Abdulrab Sarori (Actes Sud); "Seul le grenadier", de Sinan Antoon (Actes Sud); "Mourir est un enchantement", de Yasmine Chami (Actes Sud); "Un oiseau bleu et rare vole avec moi", de Youssef Fadel (Actes Sud); "Cinquante grammes de paradis", d’Imane Humaydan (Verticales); "Pas de couteaux dans les cuisines de cette ville", de Khaled Khalifa (Actes Sud); "Une femme sans écriture", de Saber Mansouri (Seuil); et "L’effacement", de Samir Toumi (Barzakh).

LIRE AUSSI: