La demande d'extradition des militants mozabites "n'aboutira probablement pas", estime l'avocat Noureddine Ahmine

Publication: Mis à jour:
KHODIR SEKKOUTI ET SALAH ABBOUNA
DR
Imprimer

Les mandats d'arrêt internationaux émis par le gouvernement algérien contre les deux militants mozabites, les accusant de "terrorisme", sont "basés sur un dossier vide", affirme Me. Nourredine Ahmine, membre du collectif d’avocats des détenus de Ghardaïa. Dans une déclaration au HuffPost Algérie, l'un des avocats de Kamel Eddine Fekhar émet des doutes sur la légitimité d'une extradition de Khoudir Sekkouti et Salah Abbouna vers l'Algérie, exprimant même de "grands espoirs" quant au verdict attendu de la justice espagnole.

Khoudir Sekkouti, 45 ans et Salah Abbouna, 36 ans, sont deux militants du Mouvement pour l'Autonomie du Mzab. Ils se sont exilés au Maroc en octobre et novembre 2015, suite aux événements sanglants qui ont secoué Ghardaïa.

Ils faisaient l'objet de mandats d'arrêt internationaux, en vertu desquels ils ont été arrêtés en juillet dernier par les autorités espagnoles dans la ville de Melilla. Selon Me Ahmine, ils fuyaient alors le Maroc pour avoir pris position en faveur des manifestations d'El Hoceima.

La presse algérienne explique que Khoudir Sekkouti et Salah Abbouna sont accusés "d'incitation à la violence contre l'Algérie", d'avoir pris part à des "activités contre le gouvernement" et d'avoir publié sur les réseaux sociaux, entre 2013 et 2016, "des propos incitant ouvertement à la violence contre l'Etat et l'Unité nationale".

Mais la presse espagnole explique que les deux militants sont recherchés pour "terrorisme".

Vendredi dernier, les autorités espagnoles ont ainsi répondu positivement à la demande du gouvernement algérien d'extrader les deux militants vers l'Algérie. Proche du dossier, Nourredine Ahmine explique que la décision du Conseil espagnol des ministres reste à être confirmée à Madrid par la justice espagnole. Et l'avocat se dit plutôt confiant quant à son verdict.

"L'affaire est désormais aux mains de la justice espagnole. Il est possible que les deux détenus soient libérés. Nous avons affaire à une justice indépendante et nous avons de très fortes chances que le verdict soit en notre faveur", affirme-t-il.

Me. Ahmine insiste que le dossier présenté par le gouvernement algérien aux autorités espagnoles, sur lequel sont basés les mandats d'arrêts à l'encontre des deux militants, est "vide". "Cette affaire rappelle celle de Rachid Mesli, ex-avocat de plusieurs dirigeants du l'ex-Front islamique du Salut (FIS), rappelle-t-il. Arrêté par les autorités italiennes suite à un mandat international émis par l'Algérie l'accusant de "terrorisme", il a par la suite été libéré par la justice transalpine, jugeant la demande d'extradition déposée par Alger "vague et incomplète", poursuit-il.

Nourredine Ahmine rajoute que le gouvernement algérien "est un habitué de ce genre de procédés pour effrayer les activistes et militants algériens à l'étranger. C'est un message, comme pour leur dire "nous pouvons vous arrêter et vous condamner ici en Algérie, où que vous soyez", adressé aux militants qui dénoncent les violences commises par l'Etat algérien, notamment lors des événements de Ghardaïa".

La nouvelle de l'accord du Conseil espagnol des ministres d'extrader les deux militants à la demande de l'Algérie a suscité de vives réactions chez les membres du collectif d’avocats des détenus de Ghardaïa et le Mouvement pour l'Autonomie du Mzab.

Un rassemblement de soutien à Khoudir Sekkouti et Salah Abbouna, mené par le président du mouvement, Mohamed Dabouz a eu lieu samedi dernier devant l'ambassade d'Espagne à Paris. L'Assemblée mondiale amazighe a de son côté appelé hier à un sit-in ce jeudi 14 septembre, cette fois-ci devant l'ambassade d'Espagne à Rabat au Maroc.

Le président de cette Assemblée, Rachid Raha, a exigé lors d'une conférence de presse animée dimanche à Melilla la libération des deux militants. Il a affirmé que la "vraie raison de ce mandat d'arrêt était politique", liée au militantisme pacifique des deux personnes pour les droits des Berbères du M'zab.

Me Nourredine Ahmine réitère quant à lui sa confiance et son "grand espoir" qu'ils soient libérés.

LIRE AUSSI: Les deux militants mozabites en voie d'extradition d'Espagne accusés de "terrorisme"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.