Vote de confiance: Youssef Chahed présente les nouveaux objectifs de son gouvernement

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Avec plus d'une heure de retard, la plénière en session extraordinaire consacrée au vote de confiance aux nouveaux membres du gouvernement d'union nationale a été entamée ce lundi 11 septembre 2017 par un discours du Chef du gouvernement Youssef Chahed.

"Ce gouvernement doit être un gouvernement de guerre" a martelé Chahed. Un gouvernement de combat qui continuera à mener les mêmes batailles: guerre contre le terrorisme, guerre contre la corruption, pour la croissance, contre le chômage et les inégalités régionales", a-t-il promis devant les 150 députés présents.

Ce dernier a dévoilé, ainsi, les grandes lignes de son programme politique, économique et social pour les trois années à venir. Un balayage de défis pour Youssef Chahed "qui a l’assurance du vote de la majorité des députés à l’Assemblée".

Pas de place pour les corrompus au sein du gouvernement

"J’ai assuré à tous les membres du gouvernement que tout ministre ou secrétaire d’État faisant l’objet d’une accusation de corruption n’aura pas de place au sein du gouvernement d’union nationale" a-t-il déclaré.

Chahed a fait savoir que le remaniement ministériel intervient en vue de renforcer l’équipe gouvernementale en ayant recours à des personnalités faisant preuve de compétence et d’expertise dans leurs spécialités, en mesure d’apporter une valeur ajoutée à l’action du gouvernement. Il a ajouté que ces nouveaux ministres se pencheront spécialement sur les priorités économiques.

Les 4 défis économiques qui attendent le nouveau gouvernement

Au regard de la situation économique dans laquelle le pays est plongé, Chahed a souligné que ses ministres sont appelés à mettre les bouchées doubles pour relancer l'économie et entamer les réformes profondes pour sortir de la crise.

Il a, en effet, passé en revue les principaux défis économiques qui attendent son gouvernement en notant que même si les indicateurs économiques sont en train de "virer au vert", son équipe sera amenée à retrousser les manches pour mettre le pays sur les rails du développement et de la croissance.

Son programme tourne autour de quatre axes principaux à savoir le contrôle de la masse salariale afin de frôler en 2020 les 12,5%, la réduction du déficit de la balance commerciale, le maintien d'un taux d'endettement stable inférieur à 70% et la promotion vers une croissance générale atteignant 5% en 2020.

Il a précisé que ces facteurs permettront de réduire le taux de chômage de près de 3% d'ici les trois années à venir et de booster l'investissement et le développement du pays.

Chahed a expliqué qu'une feuille de route a été élaborée pour atteindre ces objectifs. Cette dernière est basée sur la notion de "justice fiscale". Il a affirmé que des réformes ont été lancées, à ce sujet, telles que la maîtrise de la masse salariale par l'encouragement au départ volontaire à la retraite et l'éradication des recrutements anarchiques, le soutien aux caisses sociales, la restructuration des entreprises publiques et la réforme du système de subvention.

"Ces réformes sont primordiales et nécessitent beaucoup de temps" a-t-il ajouté en soulignant la nécessité de les entreprendre en urgence. Il a insisté, par ailleurs, sur l'importance d'un consensus national et d'une stabilité politique pour engendrer le changement.

"Le programme gouvernemental procédera au changement du système du développement" a-t-il répliqué. De nouvelles mesures seront prises notamment pour la mise en place de plus de projets en Partenariat Public-Privé, la création d'une caisse pour aider les Petites et Moyennes Entreprises en difficulté et surtout le règlement du problème des devises.

Un projet de loi pour permettre d'avoir un compte en devises

Chahed a indiqué que parmi les obstacles qui entravent le développement et l'épanouissement de l'économie tunisienne figure le problème des devises. Il a précisé qu'un projet de loi sera soumis à l'ARP pour permettre aux Tunisiens d'avoir un compte en devises afin de faciliter et raviver les transactions.

"Notre objectif est d'avoir une croissance inclusive" a-t-il encore lancé en déclarant le lancement d'un programme de développement en faveur des régions du Sud. Ce programme permettra de booster le développement dans ces régions sahariennes à travers la mise en place de nouveaux projets dont ceux relatifs à l'énergie renouvelable.

Un nouveau miracle est possible

Chahed a, par ailleurs, affirmé que son gouvernement oeuvre à créer un État de droit, équitable. Il a appelé, d'autre part, à un débat politique responsable, conscient de la situation actuelle et loin des illusions et promesses en l'air. "Nous avons réussi une transition démocratique, que nous devons achever par la tenue d’élections municipales. Cependant, nous devons éviter les tiraillements politiques, et la réussite économique est possible, si on parvient à suivre la série de mesures que je viens de présenter. Nous sommes capables de parvenir à un État fort et équitable" a-t-il dit.

Chahed a terminé son discours par présenter les nouveaux membres nommés lors du dernier remaniement et qui seront soumis au vote de l’Assemblée individuellement.

LIRE AUSSI: Vote de confiance: Le nouveau gouvernement Chahed sera mis à l'épreuve

Le chef du gouvernement a effectué, mercredi dernier, un remaniement partiel touchant 13 ministères et 7 secrétariats d’Etat, en se basant sur les articles 92 et 89 de la Constitution relatifs aux compétences du chef du gouvernement.

Pour obtenir la confiance de l’Assemblée, il est nécessaire de recueillir la majorité absolue des voix (109 voix), conformément à l’article 140 du règlement intérieur de l’ARP.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.