L'ex-président mexicain candidat à la Maison Blanche, parce que "n'importe qui peut devenir président des États-Unis"

Publication: Mis à jour:
VICENTE FOX
Former Mexican president Vicente Fox (L), named by the Venezuelan opposition as an observer to the opposition-organized vote to measure public support for Venezuelan President Nicolas Maduro's plan to rewrite the constitution, is pictured at a polling station in Caracas on July 16, 2017.Authorities have refused to greenlight the vote that has been presented as an act of civil disobedience and supporters of Maduro are boycotting it. Protests against Maduro since April 1 have brought thousands to | RONALDO SCHEMIDT via Getty Images
Imprimer

"Votez pour moi, car je ne pourrai jamais être pire que Donald Trump". Vicente Fox, l'ancien président mexicain de 2000 à 2006, veut rempiler pour un tout nouveau mandat... aux États-Unis. L'homme politique désormais à la retraite est un fervent détracteur de Donald Trump, il est en particulier opposé à son projet de mur à la frontière mexicaine et payé par Mexico.

Le 7 septembre, via le compte Twitter du site satirique Super Deluxe, il a lancé sa campagne, très parodique, "Vicente for Présidente". Dans cette vidéo de cinq minutes, entre deux majeurs levés, l'ancien président explique avec force pourquoi les Américains doivent voter pour lui, disant au passage tout le mal qu'il pense de Donald Trump.

"Donald, à chaque fois que je me moque de toi, ce que je fais souvent, les gens disent: 'Pourquoi ne peux-tu pas être notre président'? (...) C'est pourquoi je suis aujourd'hui fier d'annoncer ma candidature à la présidence des États-Unis d'Amérique", dit-il en faisant amener une chèvre, arborant une pancarte "Vicente for Présidente". "Si ce gant de baseball usé peut être président, alors, mes amis, tout le monde le peut! ", justifie-t-il. Oui, Vicente Fox s'est distingué ces derniers mois pour son langage fleuri à l'encontre du président américain.

Au fil de la vidéo, l'ex-président expose ses promesses de campagne, expliquant ce qu'il compte faire différemment de Trump: former un cabinet compétent, abandonner l'idée d'un mur (sauf pour en construire un autour de la Trump Tower), ou encore de ne jamais "soutenir les nazis", référence aux propos du président américains après Charlottesville.

À la fin de la vidéo, Vicente Fox présente plusieurs casquettes rouges (à l'instar de celles distribuées par Trump lors de sa campagne). "J'en ai fait faire 5 millions", explique-il avant d'en mettre une sur la tête arborant le message "Toujours demander avant d'attraper une chatte". Référence aux propos obscènes de Donald Trump diffusé durant la campagne présidentielle. "À ce stade, on reprendrait même un Bush", conclut-il.