Kébili : Vers l'inscription des coutumes liées au palmier sur la liste du patrimoine de l'Unesco

Publication: Mis à jour:
OASIS TUNISIA
DOUZ, TUNISIA: Date palms are silhouetted at the El-Fawar oasis near the southern Tunisian town of Douz 25 December 2006 as the 39th International Sahara Festival opens. The festival, held 600 kms (370 miles) south of Tunis, draws locals and tourists for a cultural event that celebrates the region's heritage and desert people. AFP PHOTO FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Une équipe d’experts et de chercheurs du gouvernorat de Kébili s’emploie à élaborer un dossier sur les us et coutumes liés au palmier afin de les inscrire dans le patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une action nationale visant à rassembler un dossier avec la participation des gouvernorats de Kébili, Gabès et Tozeur, afin de le déposer auprès de l’Unesco avec plusieurs autres pays arabes, en vue de l’inscrire dans la liste du patrimoine culturel immatériel.

Plusieurs composantes de la société civile à Kébili prendront part à l’élaboration de ce dossier dont des agriculteurs, des experts, des associatifs, des spécialistes du patrimoine et des citoyens de la région.

D’ores et déjà, de nombreux chants populaires, proverbes, dictons et légendes liés au palmier ont été répertoriés.

Le ministère des affaires culturelles a, par ailleurs, entamé les premières démarches pour le projet d'inscription de la Table de Jugurtha (Gouvernorat du Kef) sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, informe un communiqué de presse du ministère.

Ridha Shili, coordinateur du comité scientifique et artistique du projet d’inscription de la table de Jugurtha sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, a déclaré que “le dossier de candidature devra être présenté par la Tunisie à l’Unesco avant le 20 septembre courant”. L’objectif étant “de faire connaitre ce site historique et d’associer la société civile afin de le classer comme héritage mondial pour sa sauvegarde et sa protection”, a-t-il fait savoir.

Le ministre des Affaires culturelles a relevé l’importance qu’accorde la Tunisie au patrimoine matériel et immatériel, disant que le pays œuvre à inscrire d’autres sites sur la liste du patrimoine mondial, à l’instar de Chott Djérid et les ksours sahraouis de Tataouine, rappelant qu’un atelier régional sur le processus de proposition d’inscription de sites culturels sur la liste du patrimoine mondial se tiendra à Djerba (du 11 au 15 septembre 2017).

Récemment, une demande d’inscription de la synagogue de la Ghriba, d’une ancienne mosquée ainsi que d’une église de l’île de Djerba sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO a été déposée. Pour rappel, 12 sites tunisiens sont inscrits sur la liste préliminaire de l’Unesco. Cependant, depuis plus de 20 ans, aucun site ou monument tunisien n’a été inscrit sur la liste définitive du patrimoine mondial de l’Unesco.

LIRE AUSSI: La Table de Jugurtha bientôt inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Les sites tunisiens classés à l'UNESCO
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction