Les rebelles rohingyas annoncent un cessez-le-feu d'un mois

Publication: Mis à jour:
ROHINGYAS
Rohingya refugees jostle to receive food distributed by local organizations in Kutupalong, Bangladesh, September 9, 2017. REUTERS/Danish Siddiqui | Danish Siddiqui / Reuters
Imprimer

BIRMANIE - Alors que des centaines de milliers de Rohingyas ont fui la Birmanie en quelques semaines, les rebelles de l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan ont annoncé sur Twitter un cessez-le-feu.

Dans un communiqué, ces derniers annoncent "un cessez-le-feu temporaire des opérations militaires offensives pour une période d'un mois (du 10 septembre au 9 octobre) afin de permettre aux organisations humanitaires de répondre à la crise dans l'État d'Arakan".

Ils disent également "encourager" l'armée birmane à mettre en place une disposition réciproque et "participer à l'aide aux victimes quelles que soient leurs origines ethniques et religieuses".

Exil de masse

Le 25 août dernier, ces rebelles avaient attaqué des postes de police dans la région de l’Arakan. Des attaques auxquelles les autorités birmanes ont répondu par des violentes répressions.

"Face à ces attaques, l'armée birmane, qui n'a jamais fait dans la dentelle, n'a pris absolument aucun gant pour trouver les assaillants, tirant sur tout ce qui bouge, poussant ainsi des dizaines de milliers de Rohingyas à fuir" expliquait au HuffPost Maroc Alexandra de Mersan, anthropologue et enseignante-chercheuse à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) en France, spécialiste de la région de l'Arakan en Birmanie.

Selon les estimations du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), en deux semaines, 270.000 membres de la communauté rohingya ont fui la Birmanie pour trouver refuge au Bangladesh.

La Birmanie a de son côté annoncé la mise en place prochaine dans le nord-ouest du pays des camps pour accueillir les musulmans rohingyas déplacés à cause des troubles.

LIRE AUSSI: