Irma et Harvey habitent à côté de Seattle et ont fêté leurs 75 ans de mariage

Publication: Mis à jour:
IRMA HARVEY
Irma et Harvey habitent à côté de Seattle et ont fêté leurs 75 ans de mariage | JESSE TINSLEY / THE SPOKESMAN-REVIEW
Imprimer

OURAGANS - Harvey a eu 104 ans en juillet. Irma va fêter ses 93 ans. Ce couple d'Américains presque éternels a vécu un nombre incalculable d'événements mais n'imaginait pas qu'un jour il porterait les mêmes noms que deux cyclones dévastateurs.

"Je ne sais pas comment ils ont fait cela, pour avoir un Harvey et une Irma", demande Irma au New York Times. "Je ne sais pas comment ça marche."

Une liste de cinq noms en rotation

L'explication est simple: depuis 1979, c'est l'Organisation météorologique mondiale qui nomme ces phénomènes selon une procédure stricte, détaillée dans Le Monde. "Les cinq organismes régionaux délégués à cette mission établissent chacun cinq listes de prénoms, un par lettre de l'alphabet, qui sont réutilisés en rotation."

Ainsi, le prénom Cindy, utilisé pour désigner un cyclone tropical en juin 2017, sera réutilisé en 2023. En revanche, on ne retrouvera pas de Katrina ou de Sandy parce que ces deux tempêtes ont été trop meurtrières.

Le prénom Harvey a été utilisé en 1981 pour la première fois. Le nom qui devait suivre était Irène, mais la tempête de 2011, sur la côté Est des États-Unis, qui s'appelait ainsi, avait fait trop de dégâts, elle a donc cédé la place à Irma.

Un couple tranquille

Étant donné la violence de Harvey et Irma, il y a peu de chances que l'on retrouve leurs noms accolés à nouveau dans la presse. De leur côté, les Harvey et Irma humains vivent ensemble depuis les années 40 et n'ont pas été du genre à causer des troubles de voisinage.

Harvey travaillait comme barbier et Irma a souhaité faire de leur foyer une maison d'accueil pour enfants orphelins ou présentant des handicaps.

Aujourd'hui, ils se désolent de voir leurs noms accolés à la mort, la destruction et l'évacuation. "C'est très triste", a déclaré Irma à The Spokesman-Review, le premier journal qui a fait le lien entre leur existence et les deux ouragans. "Je ne sais pas quoi faire, je n'ai jamais été dans ce genre de situation, déplore-t-elle, j'essaie d'aider les gens. C'est comme ça, si vous pouvez aider, il faut aider."

Reste à trouver un couple formé d'une Katia et d'un José.

LIRE AUSSI: