Où sont les femmes dans le nouveau gouvernement Chahed? Promise, la parité est bafouée

Publication: Mis à jour:
Imprimer

PARITÉ-Seulement six femmes font partie de la nouvelle composition gouvernementale de Youssef Chahed composé de 28 ministres et 15 secrétaires d'Etat. Ces dernières sont Naziha Laâbidi (Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance), Majdouline Cherni (Ministre de la Jeunesse et des Sports), Selma Elloumi Rekik (Ministre du Tourisme et de l’Artisanat), Sonia Bechikh (Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la santé) et Sarra Rejeb (Secrétaire d'Etat auprès du ministère du Transport). Très peu, fustigent certains.

Le Centre de recherches, d'études, de documentation et d'information sur la femme (CREDIF) dénonce, via sa page Facebook, le nombre très limité de femmes. "Il y a des justifications qui expliquent la non-application de la parité sachant que les Tunisiennes ont prouvé leur compétence, en plus de leur prééminence dans tous les domaines? ", s'exclame-t-on.

Même son de cloche du côté de l'ONG Aswat Nissa qui a publié un communiqué dans ce sens. L'ONG estime "regrettable la sous-représentation de la gent féminine au gouvernement".

"Malgré des avancées notables de droits des femmes dans le pays et le dernier discours de Béji Caid Essebsi prônant l'égalité homme- femme à l'occasion de la Fête de la Femme Tunisienne du 13 août 2017, le gouvernement actuel ne comporte que 14% de femmes soit 3 ministres et 3 secrétaires d'Etat. En outre, les femmes se retrouvent cantonnées à des portefeuilles moins stratégiques que leurs collègues masculins", a déploré Aswat Nissa.

LIRE AUSSI: Aswat Nissa - Le pari réussi de Rihab Trilla: Convaincre sa famille avant de convaincre son parti

L'indignation émane également des personnalités politiques à l'instar de la députée Bochra Bel Haj Hmida: "Aujourd’hui, nous sommes encore loin du principe de la parité. La représentativité féminine est très faible. De ce fait, beaucoup reste à faire à ce sujet, si nous voulons oeuvrer à une totale parité basée sur la compétence", a-t-elle signalé.

Promesse non tenue?

À noter que lors de la première assemblée du Conseil des pairs pour l’égalité des chances hommes-femmes, le 8 août, le chef du gouvernement Youssef Chahed a tenu un discours où il a promis d'oeuvrer à la réalisation de l'égalité hommes/femmes.

Chahed a reconnu la présence minime de femmes dans les postes de décision, à commencer par le gouvernement, tout en promettant de faire des efforts en la matière en imposant la parité. Il a pointé du doigt "le problème des mentalités qui doivent changer à ce sujet".

LIRE AUSSI: Youssef Chahed promet d'oeuvrer à la réalisation de l'égalité hommes/femmes en évoquant un "problème de mentalités" à ce sujet

La Constitution bafouée

L'article 46 de la Constitution énonce que "l'État s'engage à protéger les droits acquis de la femme, les soutient et œuvre à les améliorer. L'État garantit l’égalité des chances entre la femme et l’homme pour assumer les différentes responsabilités et dans tous les domaines L’Etat œuvre à réaliser la parité entre la femme et l’homme dans les Conseils élus. L’Etat prend les mesures nécessaires afin d’éradiquer la violence contre les femmes". Clairement mentionnée, la parité demeure un voeu pieux.

En effet, selon le rapport de Word Economic Forum de 2015 sur les disparités entre les sexes, la Tunisie était classée 69e sur 145 pays en termes d’autonomisation politique.

LIRE AUSSI: Tunisie: Les femmes sont-elles instrumentalisées par les partis politiques? Cette Charte propose une solution

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.