La FISA dément la présence d'aliments cancérigènes dans les fermes avicoles

Publication: Mis à jour:
FERME AVICOLE
DR
Imprimer

DÉMENTI - En réaction à un article publié par le journal marocain arabophone Assabah, le 4 septembre, sous le titre "Aliments cancérigènes dans les fermes avicoles", la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA) a publié, ce vendredi, un démenti.

Dans ce dernier, elle précise s’être assurée auprès de l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) que les services vétérinaires de celui-ci ne mènent pas de contrôles sur "des aliments supposés cancérigènes au niveau des fermes avicoles", contrairement à ce qui a été rapporté dans l’article. L’information publiée dans ce dernier est donc "fausse" et "aucune instruction n’a été donnée aux services de l’ONSSA pour contrôler des aliments 'supposés' cancérigènes!".

La FISA profite de l’occasion pour rappeler, dans son communiqué, que, légalement, elle est "l'unique interlocuteur des opérateurs du secteur, de l’administration, de la société civile et des organes de la presse écrite, électronique et audiovisuelle sur toutes les questions et aspects en relation avec le secteur avicole au Maroc". Et de préciser qu’elle "se réserve le droit d’engager une action en justice à l’encontre de tout organe ou personne qui nuirait à son secteur en diffusant des allégations fallacieuses (…) pouvant créer chez le consommateur une suspicion très lourde de conséquences".

Voulant justement rassurer le consommateur, la FISA a tenu à souligner que "le Maroc ne procède aucunement à des importations d’aliments de volailles" et que "les usines de fabrication d’aliments composés disposent d’une capacité de production annuelle de 6,5 millions de tonnes, alors que le marché national ne peut absorber que 4,2 millions de tonnes. De ce fait, le marché est donc régi par une concurrence vive entre les usines, ce qui est de nature à empêcher toute possibilité de monopole ou de spéculation".

LIRE AUSSI: