Birmanie: le bilan pourrait dépasser les 1.000 morts (rapporteuse de l'ONU)

Publication: Mis à jour:
ROHINGYA
A Rohingya ethnic minority girl from Myanmar poses as they alight from a local boat on which they crossed a river, after crossing over to the Bangladesh side of the border near Cox's Bazar's Whykkyong Lamba Bill area, Thursday, Sept. 7, 2017. Tens of thousands more people have crossed by boat and on foot into Bangladesh in the last two weeks as they flee violence in western Myanmar. (Photo by Ahmed Salahuddin/NurPhoto via Getty Images) | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Plus d'un millier de personnes, essentiellement membres de la minorité musulmane des Rohingyas, pourraient avoir été tuées dans les violences dans l'Etat Rakhine, en Birmanie, a déclaré vendredi à l'AFP la rapporteuse spéciale de l'ONU pour ce pays.

"Il se peut qu'un millier de personnes ou plus aient déjà été tuées", a déclaré Yanghee Lee, avançant une estimation deux fois plus importante que celle du gouvernement birman.

"Il y en a des deux côtés mais les victimes se concentrent largement dans la population Rohingya", a-t-elle ajouté dans un entretien à l'AFP à l'Université Sungkyunkwan de Séoul, où elle enseigne.

"Je crois que cela va être une des pires catastrophes que le monde et la Birmanie aient vues ces dernières années", a-t-elle ajouté.

D'après le Haut Commisariat aux réfugiés (HCR), 270.000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août.

Ils fuient les violences dans leur région depuis les attaques contre des postes de police par les rebelles de l'Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), qui dit vouloir défendre les droits bafoués de cette minorité musulmane.

Depuis, l'armée birmane a lancé une vaste opération dans cette région pauvre et reculée, qui a fait selon les forces de sécurité un total de 432 morts, dont 387 "terroristes".

Les autorités ont affirmé avoir perdu 15 membres des forces de sécurité depuis les attaques d'août et ajoutent que 30 civils ont péri --sept Rohingyas, sept hindous et 16 bouddhistes de l'Etat Rakhine.

"Il est fort possible que ces chiffres soient sous-estimés", a déclaré Mme Lee.

"Ce qui est malheureux, ce qui est grave, c'est que nous ne puissions les vérifier parce que nous n'avons pas accès."

Les autorités birmanes ont par ailleurs affirmé que 6.600 maisons de Rohingyas et 201 habitations de non musulmans avaient été brûlées depuis le 25 août.

Mme Lee a émis des doutes sur les affirmations des autorités birmanes selon lesquelles les Rohingyas incendieraient leurs propres maisons.

"Si vous fuyez devant des gens qui ont des armes et que c'est humide, comment pouvez-vous incendier votre propre maison?", a-t-elle demandé.

La crise a largement écorné à l'international l'image d'icône d'Aung San Suu Kyi du fait de son refus obstiné de défendre les Rohingyas.

Mme Lee a exhorté Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix 1991 à "montrer au monde que ce pour lequel elle s'est battue était une Birmanie libre et démocratique".

"Elle doit vraiment montrer davantage de compassion envers tous les habitants de Birmanie", a-t-elle poursuivi.

"Ce qu'on oublie, c'est qu'elle est une femme politique dans l'âme. Les gens attendent d'elle qu'elle soit cette très haute autorité morale mais elle est une femme politique et quelle est la chose la plus importante pour une femme politique? Etre élue", a-t-elle poursuivi.

"Je crois qu'il faut effacer de nos mémoires l'icône emprisonnée de la démocratie."

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...