Le président de la commune Had Soualem a perdu son siège au parlement

Publication: Mis à jour:
HAWASS
DR
Imprimer

ELECTIONS - Il a été au cœur d’un scandale. Le député istiqlalien Zine El Abidine Howass, président de la commune Had Soualem (province de Berrechid, dans la région Casablanca-Settat) avait été arrêté le 20 juin et une somme de 17 milliards de centimes aurait été saisie chez lui. Largement relayé par les médias, ce montant a fini par être démenti officiellement par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le 1er juillet.

Aujourd’hui, c’est la cour constitutionnelle qui annule l’élection de Zine El Abidine Howass au titre des élections du 7 octobre 2016. Dans sa décision datant du mardi 5 septembre, publiée sur son site, la cour précise que son verdict intervient suite à l’examen d’une requête déposée par Mohamed Bouchnif, député du PJD à Berrechid.

Celui-ci remet en question l’élection de Howass en raison de violations constatées au cours de la campagne électorale. La cour cite, entre autres, la distribution de flyers contenant uniquement sa photo, tandis que le mode de scrutin par liste impose que l’identité de tous les candidats soit dévoilée. Ce qui, pour la cour, montre "une manœuvre frauduleuse".

La cour a aussi ordonné la tenue d’élections partielles dans cette circonscription (Berrechid), conformément aux dispositions de l’article 91 de la loi organique relative à la Chambre des représentants.

Selon l’avocat et président de l’Instance nationale de protection des biens publics, Tarek Sbai, interrogé par le HuffPost Maroc, l’absence de Howass de la chambre des représentants allait inéluctablement aboutir à l’annulation de son siège.
Poursuivi, en état de détention, pour chantage, falsification, faux et usage de faux, et corruption, Hawass risque de passer de longues années derrières les barreaux.

LIRE AUSSI: