Massoued, l'un des rares forgerons traditionnels à Tunis qui exerce ce métier depuis 50 ans (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
FORGERON
capture écran Maghreb Voices
Imprimer

PORTRAIT- Messaoud Bouchniba a appris son métier de son père. Le forgeage est une affaire de famille car c'est le grand-père de Messaoud qui a transmis la passion pour ce labeur à ses descendants. Maghreb Voices est allé à sa rencontre, dressant un portrait d'un artisan, devenu l'un des rares à persévérer dans ce métier (vidéo ci-dessous).

Exerçant son métier depuis 50 ans, Messaoud a observé les chamboulements de ce secteur à rue Médenine à Tunis: "On était 14 à avoir un atelier dans ce quartier, il ne reste aujourd'hui que trois", déplore-t-il.

Et d'ajouter: "La nouvelle génération ne veut plus travailler un métier aussi dur où tu es amené à manier des métaux et à travailler près du feu".

En effet, le travail est à la main avec une enclume et un marteau pour façonner le métal. Il acquiert donc un effort physique. Le forgeron sculpte les métaux aussi avec le feu. Malgré la pénibilité de son ouvrage et son âge avancé, il s'attache à son métier. "C'est un métier libre, le jour où je veux arrêter j'arrête", a-t-il renchéri.

L'artisan forgeron craint toutefois la disparition de son métier.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.