Mondial-2018 : La Tunisie arrache le nul à la RD Congo et s'approche de la Russie

Publication: Mis à jour:
TUNISIA
Tunisia football team players pose prior to the FIFA World Cup 2018 qualification football match between DR Congo and Tunisia on September 5, 2017 in Kinshasa. / AFP PHOTO / JOHN WESSELS (Photo credit should read JOHN WESSELS/AFP/Getty Images) | JOHN WESSELS via Getty Images
Imprimer

La sélection tunisienne de football a arraché un nul très précieux à son son homologue de la RD Congo (2-2) en match comptant pour la 4e journée des qualifications africaines au Mondial-2018, disputé mardi, le 5 septembre, au stade des Martyrs à Kinshasa.

Menés au score par deux buts à zéro, les Tunisiens n’ont eu besoin que du dernier quart d’heure pour renverser la situation et égaliser en l’espace de deux minutes à deux partout, confortant ainsi leurs chances de qualification au mondial russe à deux journées de la fin des éliminatoires africaines prévues début octobre face à la Guinée à Conakry, et début novembre devant la Libye à Radès.

En comparaison avec le match de la 3ème journée face au même adversaire, joué vendredi à Radès (2-1), Maaloul a apporté trois changements à la formation rentrante en introduisant Hamdi Nagguez dans le couloir droit, Rami Bedoui dans l’axe de la défense à côté de Siam Ben Youssef et Yassine Meriah, tandis que Ferjani Sassi évoluait placé comme troisième pivot pour assister Mohamed Amine Ben Amor et Ghaylane Chaalali, et Yohan Touzghar à la pointe de l’attaque à la place de Taha Yassine Khenissi, suspendu.

Devant plus de 80.000 spectateurs acquis à leur cause, les Congolais mettaient la pression d’entrée sur la défense tunisienne parvenant à ouvrir le score dès la 9e minute sur une tête du milieu de terrain Chancel Mbemba qui reprend un coup franc de son camarade pour tromper le gardien tunisien.

Les Léopards qui ne développaient pourtant pas un grande volume de jeu, profitaient d’un milieu de terrain incohérent et d’une défense tunisienne un peu trop prudente pour porter le danger dans le camp des aigles de Carthage, mettant à l’épreuve le gardien Aymen Balbouli.

Les Tunisiens qui trouvaient des difficultés à construire leur jeu, ne s’offraient presque aucune occasion nette de but hormis quelques tentatives peu dangereuses menées par Youssef Msakni dont la frappe est passée loin de la cage congolaise (19), Ferjani Sassi dont le ballon est passé à côté (28) ou par Ghailane Chaalali qui tire dans les mains du gardien congolais Ley Matampi (32e).

De retour des vestiaires, les Congolais ne perdaient pas leur temps, parvenant dès la 2e minute du jeu à surprendre la défense tunisienne une nouvelle fois en doublant le score par l’attaquant Paul José Mpoku (47e), avant de mettre à l’épreuve le portier tunisien Balbouli qui évite à la sélection tunisienne le KO en stoppant un tir puissant à la limite de la ligne du but (53e).

"La remontada"

Face à une défense adverse repliée en défense, les protégés de Nabil Maaloul trouvaient du mal à mener à bien leurs offensives. Chaalali sur un coup franc direct a vu son tir repoussé par le gardien congolais à la 57e alors que la frappe de Ferjani Sassi est passée à côté du poteau (62e) et la tête de Rami Bedoui a frôlé la transversale (66).

Suite à l’entrée de Naim Sliti à la place de Chaalali à la 69e, les Tunisiens parvenaient à trouver la faille en réduisant le score à la 77e par Mohamed Amine Ben Amor sur une frappe déviée par Rami Bedoui, avant que Anis Badri, entré à la mi-temps à la place de Hamdi Nagguez, n’égalise deux minutes après en reprenant une passe décisive de Youssef Msakni (79).

Les Tunisiens avaient eu l’occasion de tuer le match dans le temps additionnel, mais Mohamed Amine Ben Amor, seul devant le gardien, a vu son tir passer au-dessus de la transversale, pour terminer sur un score de parité faisant bien l’affaire des Tunisiens, désormais très proches de la Russie.

Formation des équipes
Tunisie : Aymen Mathlouthi, Hamdi Nagguez (Anis Badri), Ali Maaloul, Rami Bedoui, Syam Ben Youssef, Yassine Meriah, Ghailane Chaalali (Naim Sliti 69), Ferjani Sassi, Mohamed Amine Ben Amor,Youssef Msakni, Yoann Touzghar (Fakhreddine Ben Youssef 78).

RD Congo : Ley Matampi, Djos Issama, Merveille Bope, Wilfred Moke, Glody Ngonda, Chancel Mbemba, Thierry Maghoma, Paul José Mpoku, Firmin Mubélé, Cédric Bakambu, Gael Kakuta.

Les déclarations

"Après un début de match très difficile et l’encaissement de deux but, un au début de chaque mi-temps, nous avons réussi à renverser la vapeur," a déclaré le sélectionneur national Nabil Maâloul à la suite du match. "Les joueurs ont fait preuve d’une forte personnalité et d’une grande maturité tactique qui lui ont permis de d’adapter à tous les schémas tactiques.

On a fait des changements tactiques dans un moment décisif de la rencontre et on est revenu à notre méthode habituelle du jeu.

Je crois que c’est l’esprit du groupe et les changements réussis qui ont fait la différence.

Nous avons encaissé deux buts sur des erreurs individuelles flagrantes qu’il faut absolument éviter dans les prochains matches.

C’est un résultat qui conforte notre position en tête du groupe mais qui ne doit pas cacher beaucoup de défaillances.

Nous sommes certes à quatre points du Mondial, mais le chemin est encore long et il faut travailler avec beaucoup de sérieux pour atteindre notre objectif," a-t-il indiqué dans une déclaration accordée à la TAP.

Quant à Lorent Mbengue, entraîneur de la RD Congo, il a indiqué que son équipe a fait de son mieux pour être à la hauteur des espoirs des dizaines de milliers de spectateurs. "Malgré l’avantage qu’on a pris de 2 buts à 0, on n’a pas pu terminer la rencontre comme on voulait, on a commis de grosses erreurs qui nous ont été fatales. Je suis très décu.
Nous devons travailler davantage pour nous ratrapper.

Le mérite des Tunisiens, c’est qu’ils n’ont pas abdiqué et ont fait preuve de beaucoup de maturité. Ils ont pu profiter de notre repli en défense pour avancer et renverser la situation,"a-t-il souligné.

Un joueur de Sajnen décède de joie lors du match

Âgé de 24 ans, Dhia Maalaoui, un joueur de l'équipe de football de Sajnen est décédé mardi 5 septembre 2017 lors de la diffusion du match de l'équipe nationale contre le Congo, rapporte Mosaïque Fm.

Ce dernier qui regardait le match avec ses camarades dans un café, a perdu connaissance suite au deuxième but tunisien, marqué par Anis Badri à la 79e minutes. Son coeur à flanché et il rendit l’âme avant l’arrivée à l’hôpital.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.