Etniz.net veut se faire une place dans le paysage épineux du e-commerce algérien

Publication: Mis à jour:
ETNIZ
Capture d'écran
Imprimer

Cinq années que le e-commerce tisse sa toile en Algérie. Ils sont nombreux à avoir tenté leur chance… et à s’y être cassé les dents. E-Chrily.com, tbeznyss.com, www.nechrifenet.com: tout ça, c’est terminé ! Est-ce si étonnant, quand on sait que le taux de bancarisation des Algériens tourne autour de 30%?

Mais ces données n’ont effrayé ni Amina Lesbat Hanouz ni son époux. Lassés par leur carrière dans la com’, les jeunes gens ont tout plaqué en août 2015 pour se lancer dans une activité commerciale 2.0.

En ligne de mire, l’artisanat local. "Nous nous sommes rendus compte que la tendance était à la recherche de produits authentiques, au fait-main.

De plus mon époux et moi-même avions à cœur de valoriser, non seulement le patrimoine algérien et son savoir-faire, mais aussi aider les petits artisans à gagner en visibilité", détaille au HuffPost Algérie, la jeune femme de 27 ans.

Etniz.net voit le jour un an plus tard. La plateforme, décrite comme "première e-boutique ethnique et artisanale en Algérie", propose toute une gamme de produits locaux, des bijoux aux éléments de décoration, en passant par les vêtements ou des produits de beauté. "Un artisan nous a dit un jour que nous étions le trait-d’ union entre lui et le client. Je pense que ça résume bien le concept."

Pour dénicher des produits originaux, le couple écume les foires et les forums dédiés à l'artisanat. Aujourd'hui, les deux associés peuvent se targuer d'une vingtaine de partenaires, toutes catégories confondues. "On travaille avec des bijoutiers kabyles, des dinandiers de Constantine, des personnes spécialisées dans le traitement de la feuille de palmier à Timimoun, des artisanes algéroises, de jeunes créateurs..."

Sur les fiches produits, la provenance et le cas échéant, le nom de l'artisan, sont systématiquement mentionnés dans un souci de transparence.

Livraison dans 40 wilayas

L'intérêt de développer Etniz sur internet est double pour les jeunes entrepreneurs. "En terme de coût, avec une boutique physique, c'est bien plus cher. Et il n'est pas toujours facile de trouver un bon emplacement. Et puis pourquoi ne s'adresser qu'à des Algérois si on peut s'adresser à tous les Algériens ?"

etniz


La zone de chalandise d'Etniz s'étend sur 40 wilayas. A l'image d'autres boutiques de vente en ligne algériens (monsoukprive.com, batolis), la livraison est payante. Les tarifs varient entre 400 et 1200 DA, en fonction du lieu de résidence. L'enseigne s'engage à livrer sa clientèle sous 4 à 10 jours. "Parfois ça peut aller plus vite que prévu, on sait aussi s'adapter si la demande est très urgente."

Pour ce faire, Etniz a conclu un partenariat avec un prestataire doté d'une cinquantaine de livreurs. "C'est la société qui les rémunère, nous n'avons pas la main sur ça", précise Amina Lesbat Hanouz. Le paiement se fait ensuite en liquide, à la réception du produit.

"Hélas, le paiement par carte bancaire n’est pas encore développé pour les commerces, pointe-t-elle. Bien-sûr, ça rendrait les choses plus faciles au moment de la livraison, si par exemple la personne n’est pas là pour réceptionner le colis."

Car en Algérie, le paiement électronique n’en est qu’à ses balbutiements. Entré en vigueur le 4 octobre 2016, il ne concerne qu’un nombre limité de sociétés, à l’image de Sonelgaz, Air Algérie, Ooredoo, Djezzy ou encore la Société des eaux et d’assainissement d’Alger.

Etniz.net n'a pas encore soufflé sa première bougie mais parvient déjà à générer des bénéfices. La boutique peut remercier sa clientèle constituée à 80% de femmes, majoritairement actives et âgées, selon les statistiques fournies, entre 20 et 35 ans.

Rien d'étonnant pour la co-gérante: " c'est un fait, l'artisanat algérien s'adresse traditionnellement aux femmes".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...