De la bombe H à une usine de chewing-gums, l'étonnante journée des médias officiels en Corée du Nord

Publication: Mis à jour:
KIM JONG UN
STR via Getty Images
Imprimer

Le test de la bombe H, effectué dans la nuit de ce samedi à dimanche 3 septembre, est une "réussite parfaite", selon les médias officiels nord-coréens. Ce sixième essai nucléaire, dont la puissance a provoqué un séisme de magnitude 6,3 dans le pays, entretient l'inquiétude de la communauté internationale.

Mais en Corée du Nord, bien que la nouvelle ait été annoncée par la présentatrice des grands jours du régime, Ri Chun-Hee, les agences de presse officielles semblent peu s'émouvoir de cette information pourtant historique. Le Rodong Sinmun, journal officiel du régime nord-coréen, ne publie qu'une seule dépêche ce jour, figurant dans la catégorie des "Activités du Leader suprême" Kim Jong-Un.

rodong

Intitulé "Kim Jong-Un guide l'armement nucléaire", l'article, signé par "l'équipe des informations politiques", encense le dictateur et l'équipe scientifique à l'origine de la bombe à hydrogène.

En outre, la dépêche sous-entend presque que Kim Jong-Un a acquis les compétences nécessaires à la fabrication de l'arme. L'article précise aussi fièrement que "tous les composants de la bombe H ont été fabriqués sur le territoire national".

"Le Respecté Leader Suprême Kim Jong-Un a guidé le travail sur l'armement nucléaire. Il a été salué par les hauts dirigeants du Département de l'Industrie des Munitions du Parti Travailleur de Corée (WPK) et par les scientifiques de l'Institut des Armes Nucléaires avant d'être briefé sur les détails de l'armement nucléaire. (...) Il s'est familiarisé avec les spécifications techniques, structurelles et opérationnelles de la bombe H".

kim

La sortie d'un livre du leader nord-coréen en Russie

Sur le site l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, dont existe une version anglophone, l'article relatant l'essai nucléaire sous le patronage de Kim est noyé au milieu d'autres, dont certains sur des thèmes étonnants en cette journée qui doit pourtant marquer l'histoire du pays.

Ainsi, ce dimanche 3 septembre, l'actualité nord-coréenne mélange pêle-mêle l'hommage des femmes nord-coréennes à Kim II-sung et Kim Jong-Il, grand-père et père de Kim Jong-Un; des informations négatives sur la Corée du Sud (grève de la faim, collision d'un cargo...); ou encore la considérable amélioration de la qualité des chewing-gum dans le pays grâce à la "Pyongyang Chewing Gum".

Plus étonnant encore, KCNA relate même la sortie d'un livre du leader nord-coréen en Russie. Pour fêter la nouvelle, une petite fête aurait même été organisée dans la maison d'édition le 24 août dernier.

kcna

Le Mexique, l'Allemagne et le Kirghizstan

"À l'occasion du 57e anniversaire du début de la politique de Songun par Kim Jong-il (qui donne la priorité à l'armée dans la construction du socialisme nord-coréen, ndlr), des événements ont été organisés au Mexique, en Allemagne et au Kirghizstan du 15 au 30 août", écrit aussi l'agence de propagande ce dimanche, à mille lieues des considérations de Donald Trump ou d'Emmanuel Macron sur le tir de Pyongyang.

Des meetings, des séminaires, et des expositions consacrées à la Corée du Nord ont même été organisés, raconte l'agence. Bien sûr, KCNA raconte que les organisateurs (dont l'existence même reste à prouver) ont à chaque fois encensé Kim Jong-Il et son fils.

Des manifestations spontanées rassemblant des milliers de personnes

Au-delà de cette journée du 3 septembre 2017, les agences de presse nord-coréennes continuent de transmettre des informations très étonnantes le reste de l'année.

Le 11 août dernier par exemple, le journal Rodong indiquait qu'un rassemblement spontané de milliers de personnes s'était tenu dans la capitale afin de soutenir Kim Jong-Un face à Donald Trump. Le président américain avait en effet promis "le feu et la colère" si la Corée du Nord poursuivait ses menaces face aux États-Unis.

Les participants à cette manifestation massive arboraient des pancartes "avec des slogans tels que 'Devenons les balles et les bombes qui défendent avec dévouement notre Respecté Suprême Leader Kim Jong-Un!' et 'Nous soutenons entièrement la déclaration du gouvernement nord-coréen qui rejette catégoriquement les sanctions décidées contre le régime!'".

rodong

Les sportifs doivent leurs victoires à Kim Jong-Un

Et la propagande du régime concerne même les activités sportives: lors des Jeux olympiques de Londres, l'agence KCNA faisait savoir que la judokate An Kum Ae, qui avait gagné dans la catégorie des -52 kg, devait "son succès aux grands dirigeants, au système social bienfaisant et au Parti des travailleurs de Corée". Selon son propre père, elle avait "fait preuve d'un cran et d'un courage instillés par le commandant suprême Kim Jong-Un".

Autre illustration du culte de la personnalité mis en place par la dynastie Kim, la dépêche parue le 2 août pour féliciter Om Yun-Chol, champion olympique d'haltérophilie en -56 kg. "Il n'y a pas de secret. (...) La raison de mes progrès et de ma médaille d'or est l'amour affectueux prodigué par le dirigeant suprême Kim Jong-Il et le camarade suprême Kim Jong-Un", a déclaré l'athlète, selon KCNA.

La Corée du Nord, dernier pays au Classement mondial de la liberté de la presse

Selon le classement 2017 de Reporters sans Frontières, la Corée du Nord occupe la 180e et dernière place du Classement mondial de la liberté de la presse.

"Sous Kim Jong-un, au pouvoir depuis 2012, le régime totalitaire nord-coréen continue de maintenir la population dans l'ignorance. Le simple fait d'écouter une radio basée à l'étranger peut valoir un séjour en camp de concentration. L'agence centrale de presse KCNA est la seule habilitée à fournir l'information officielle aux autres médias de la presse écrite ou radiophonique", précise RSF.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.