La Corée du Nord annonce avoir testé une bombe H

Publication: Mis à jour:
NUCLEAR NORTH
North Korean leader Kim Jong Un provides guidance on a nuclear weapons program in this undated photo released by North Korea's Korean Central News Agency (KCNA) in Pyongyang September 3, 2017. KCNA via REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS PICTURE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. REUTERS IS UNABLE TO INDEPENDENTLY VERIFY THE AUTHENTICITY, CONTENT, LOCATION OR DATE OF THIS IMAGE. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. NO THIRD PARTY SALES. NOT FOR USE BY REUTERS THIRD PARTY DISTRIBUTO | KCNA KCNA / Reuters
Imprimer

NUCLÉAIRE - La Corée du Nord a franchi une nouvelle étape dans le développement de son programme nucléaire militaire. Après un séisme de magnitude 6,3 enregistré ce dimanche à 11h30 (03h30 GMT) dans le nord-est du pays, le régime de Kim Jong-un a affirmé à la télévision officielle qu’il venait de réaliser un essai nucléaire en opérant le test d'une bombe à hydrogène (bombe H). Un essai qui ne manquera pas d’aggraver les tensions déjà très fortes dans la région.

L’essai souterrain qui a alerté les sismologues en engendrant une puissante secousse de magnitude 6,3, a été réalisé avec une bombe à hydrogène capable d’être transportée par un missile balistique intercontinental. "L'échelle de l'énergie (dégagée) était de cinq à six fois plus puissante que lors du cinquième essai nucléaire", a déclaré le chef de l'Administration météorologique coréenne Lee Mi-Sun, à la télévision.

Un sixième essaie nucléaire

La Corée du Nord, signe donc son sixième essai nucléaire qui fait suite aux provocations croissantes et aux multiples démonstrations de forces notamment envers Séoul et Washington. Rappelons que le pays a mené son premier essai nucléaire en 2006, suivi de 3 tests successifs qui auraient servi à améliorer leur fiabilité. La cinquième explosion en septembre 2016 avait provoqué un séisme de 5,3 de magnitude et dégagé une énergie de 10 kilotonnes.

nuclear north

Les dirigeants du monde entier condamnent

Les réactions n’ont pas tardé après cette ultime provocation de Pyongyang. Le président français Emmanuel Macron a condamné, dans un communiqué publié par l'Élysée avec "la plus grande vigueur" le nouvel essai nucléaire effectué, la nuit dernière, par la Corée du Nord, appelant le Conseil de sécurité à réagir "rapidement" à cette nouvelle violation du droit international. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a dénoncé fermement les agissements de Kim Jong-un, annonçant que la Corée du Nord "a réalisé un essai nucléaire, c’est absolument inacceptable", rapporte le quotidien français Libération sur son site.

Pékin a également "condamné vigoureusement" ce nouvel essai nucléaire, tout en exhortant Pyongyang à "cesser d’aggraver la situation" avec des "gestes qui ne servent pas ses intérêts".

La Russie estime quant à elle que le nouvel essai nucléaire nord-coréen "mérite la plus forte condamnation", tout en lançant un appel au calme. Un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères affirme que "cette dernière manifestation par Pyongyang de mépris pour les exigences des résolutions en la matière du Conseil de sécurité de l’ONU et les normes du droit international mérite la plus forte condamnation".

LIRE AUSSI: