Après son altercation avec Boris Faure, M'jid El Guerrab visé par l'ouverture d'une information judiciaire pour "violences volontaires avec arme"

Publication: Mis à jour:
FAURE GUERRAB
Facebook capture/Assemblée nationale
Imprimer

FAIT-DIVERS - Placé en garde à vue hier, suite à l'altercation qui l'a opposé au responsable politique PS (Parti Socialiste) Boris Faure, M'jid El Guerrab, député de la 9e circonscription des Français de l'étranger, sera présenté ce samedi 2 septembre à un magistrat, rapporte l'AFP.

Une décision "en vue de l'ouverture d'une information judiciaire du chef de violences volontaires avec arme ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à 8 jours", ajoute l'agence de presse informée par une source judiciaire. M'jid El Guerrab risque une mise en examen.

C'est le site du magazine Marianne qui a révélé l'altercation ayant opposé les deux hommes ce mercredi 30 août. D'abord verbal, l'affrontement aurait dérapé au moment où Faure aurait traité El Guerrab de "sale arabe". Le député LREM aurait alors asséné de "violents coups de casque" à Boris Faure, premier secrétaire de la fédération PS des Français de l'étranger. L'hebdomadaire précise que les deux hommes entretiennent un contentieux politique depuis fin 2016, au moment où M'Jid El Guerrab a quitté le PS pour rejoindre les rangs macronistes.

Dès le lendemain, M'jid El Guerrab faisait son mea culpa via une déclaration à l'AFP et un post Facebook. Des déclarations qui n'ont pas pour autant apaisé le PS et le parti LREM, qui condamnent de manière unanime les actes de violences reconnus par M'jid El Guerrab.

Une raison qui a sans doute encouragé ce dernier a déclaré vendredi 1er septembre qu'il se mettait en congé du parti et du groupe parlementaire LREM à l'assemblée nationale française, "afin de permettre à l'enquête de se dérouler de la manière la plus sereine possible et de faire toute la lumière sur ce qui s'est passé". Dans le même message, M'jid El Guerrab souhaite par ailleurs "naturellement le rétablissement le plus rapide à Monsieur Faure".

Ce 2 septembre, Luc Carvounas, député PS à l'Assemblée nationale, donnait sur Twitter des nouvelles de Boris Faure (concerné d'après le tweet par 2 mois d'arrêt de travail et une opération en urgence), non sans réclamer la démission du député franco-marocain.

LIRE AUSSI: