Raqqa: Les forces anti-Daech prennent la vieille ville, "capitale" des jihadistes en Syrie

Publication: Mis à jour:
RAQQA
TOPSHOT - Damaged buildings are seen in western Raqa on July 12, 2017, during an offensive by Syrian Democratic Forces (SDF), an alliance of Kurdish and Arab fighters, to retake the city from Islamic State (IS) group fighters.The US-backed coalition has captured around 30 percent of Raqa city since it entered the IS bastion in June after a months-long operation to capture territory in the surrounding province. / AFP PHOTO / BULENT KILIC (Photo credit should read BULENT KILIC/AFP/Getty Ima | BULENT KILIC via Getty Images
Imprimer

Elle était le bastion de l'Etat islamique. L'alliance arabo-kurde, soutenue par Washington en Syrie, a chassé ce vendredi 1er septembre le groupe terroriste de la vieille ville de Raqqa. Elle se rapproche de la zone la mieux fortifiée par les jihadistes, a annoncé un porte-parole à l'AFP.

Ce jeudi, les forces irakiennes ont annoncé avoir reconquis Tal Afar et la totalité de la province septentrionale de Ninive, marquant une victoire clé contre Daech. Après ce revers, l'EI qui s'était emparé de près d'un tiers de l'Irak en 2014 face à des forces irakiennes en pleine débandade, ne tient plus qu'une ville au nord de Bagdad et trois localités du désert frontalier de la Syrie, soient 10% du pays, selon la coalition.

Au terme de 12 jours de combats, le Premier ministre Haider al-Abadi, commandant en chef des forces armées, a annoncé que "Tal Afar la résistante a rejoint Mossoul, la ville libre, et retrouvé sa place dans le territoire national".

Les responsables irakiens assuraient que la victoire interviendrait avant la fête musulmane de l'Aïd al-Adha. C'est chose faite, alors que les célébrations en Irak commencent ce vendredi pour les sunnites et samedi pour les chiites.

Les territoires sous contrôle du groupe terroriste Daech ne cessent de reculer. Après plusieurs attaques lancées contre l'État Islamique, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont repris le contrôle de près de 42.000 km² de territoire dans le nord de la Syrie, avec l'aide des États-Unis, avait annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.