Placé en garde à vue, M'jid El Guerrab se met en congé du parti La République En Marche après l'agression au casque

Publication: Mis à jour:
MJID EL GUERRAB
Placé en garde à vue, M'jid El Guerrab se met en congé du parti La République En Marche | DR
Imprimer

POLITIQUE - Le député de la 9e circonscription des Français de l'étranger, M'jid El Guerrab, a été placé en garde à vue ce vendredi 1er septembre, rapporte le quotidien français Le Monde.

Cette garde à vue s'inscrit dans le cadre de l'enquête ouverte suite à l'altercation survenue mercredi 30 août à Paris entre le député appartenant au parti du président Macron, La République En Marche (LREM), et le député du Parti socialiste (PS), Boris Faure.

Les deux hommes s'étaient violemment interpellés mercredi dans une rue du cinquième arrondissement de la capitale française. Le député PS aurait notamment insulté le député LREM, le traitant de "sale arabe", ont rapporté des témoins, et M'jid El Guerrab lui aurait assené plusieurs coups de casque de moto sur le crâne. Son adversaire politique a été admis en urgence à l'hôpital, selon sa famille.

Le député franco-marocain, élu en juin dernier lors des élections législatives françaises, a décidé de se mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM à l'assemblée nationale française, selon un message publié sur sa page Facebook ce vendredi, "afin de permettre à l'enquête de se dérouler de la manière la plus sereine possible et de faire toute la lumière sur ce qui s'est passé".

Il souhaite aussi "naturellement le rétablissement le plus rapide à Monsieur Faure".

Boris Faure est responsable de la Fédération socialiste des Français de l’étranger. Selon M'jid El Guerrab, qui appartenait auparavant au PS, M. Faure n'aurait "cessé de (le) harceler", l'accusant "d’avoir trahi le parti" et le "menaçant durant la campagne législative". Mercredi, il lui aurait attrapé le poignet avec violence, poussant le député LREM à répondre en le frappant avec son casque.

"Je me suis légitimement senti agressé physiquement et je me suis défendu. Si je regrette aujourd’hui d’avoir répondu physiquement à ces attaques physiques virulentes, elles ne sont absolument pas de mon fait", a indiqué M'jid El Guerrab sur Facebook.

LIRE AUSSI: