Endettement, financement de nouveaux projets, renouvelable: les grands chantiers du nouveau PDG de Sonelgaz

Publication: Mis à jour:
SONELGAZ
Archives-Le temps d'Algérie
Imprimer

Le nouveau PDG du groupe Sonelgaz, M. Mohamed Arkab, installé mercredi, s'est engagé à relever les défis auxquels fait face la société notamment ceux d'ordre financiers, écartant totalement le recours à l'endettement extérieur.

"On va continuer le processus lancé, mais il faut apporter des changements adéquats pour la prochaine étape" car celle-ci est "difficile, mais il y a eu des étapes encore plus difficiles dans le passé notamment la décennie noire", a déclaré M. Arkab lors d'un point de presse tenu à l'issue de son installation officielle à la tête de la Sonelgaz.

"Nous avons une équipe dirigeante au niveau de Sonelgaz et nous pourrons faire face aux difficultés, d'ailleurs nous avons pu faire face à toutes les difficultés causées par la canicule qui a été enregistrée depuis juin dernier", a t-il dit.

"Maintenant, nous avons des défis notamment financiers, et nous en discuterons pour trouver les solutions adéquates" a t-il ajouté. Cependant, malgré la situation financière difficile, il n'est pas question d'avoir recours à l'endettement extérieur.

"Le recours à l'endettement extérieur est totalement écarté", a t-il affirmé, ajoutant que "Sonelgaz a les moyens de réaliser des programmes tracés et à chaque fois le groupe révisera ses programmes en fixant les priorités".

Il a cependant assuré qu'aucun programme de Sonelgaz n'a été gelé, et que la société bénéficie toujours du soutien de l'Etat, soulignant que les programmes du groupe s'étalent sur dix ans et à chaque fin de cette période il y a une évaluation.

En réponse à une question sur le chiffre de 4 milliards de dollars avancé par le ministre de l'Energie et interprété par certains médias comme étant des pertes, M. Arkab a expliqué qu'il "ne s'agit pas de pertes mais plutôt du coût des investissements de Sonelgaz, à savoir la production de 2000 mégawatts d'électricité par an, et ce, pour répondre à la consommation des ménages et le secteur industriel en utilisant différents moyens (centrales électriques, lignes de haute tension, transport du gaz) qui coûtent au budget de l'Etat entre 3,5 à 4 milliards dollars".

Les prix de électricité n"augmenteront pas...pour le moment

Un autre dossier est aussi sur la table du nouveau PDG : l'étude de la question des prix de l'électricité, en l'occurrence par l'examen des moyens de soutien des petits consommateurs et l'établissement d'un "juste prix" pour les gros consommateurs, comme instruit par le ministre de l'Energie.

M. Arkab a, par ailleurs, appuyé le constat dressé par le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, lundi dernier concernant le gaspillage, soulignant que "2 millions d'algériens consomment d'une manière raisonnable l'électricité quand d'autres consomment plus".

"Nous avons tous les moyens de connaître le volume de consommation et d'identifier celui qui consomme le plus, et qui doit, du coup, payer plus", a t-il lâché, en réponse à une question portant sur cette question de consommation à deux vitesses.

Cependant, aucune augmentation des prix de l'électricité ou de l'énergie en général n'est prévue pour le moment, selon le ministre.

Les dettes de Sonelgaz s’élèvent à 56 milliards de dinars

L"autre importants dossier sur la table du nouveau PDG. Il s'agit de la réduction des dettes de la Sonelgaz. A ce propos, M. Arkab a affiché son optimisme quant à la situation financière de la société, se félicitant de la réduction des dettes qui s'étaient élevées en 2015 à 84 milliards de dinars, pour s'établir à 56 milliards de dinars actuellement.

"De grands programmes ont été tracés pour le paiement des dettes", a-t-il avancé, et ce, "grâce aux actions entreprises".
Un effort qu'a accompagné une augmentation du nombre des clients, a-t-il souligné, en ajoutant qu'il y a "d'autres programmes pour réduire encore les dettes en collaboration notamment avec les collectivités locales".

Le nouveau responsable a, à ce titre, évoqué le renforcement du contrôle et l'intégration de nouveaux équipements qui permettront la "maîtrise totale de la situation" et aider à réduire les dettes et les pertes en électricité.

Rebouvelable: le dossier du projet de 4000 mégawatts est en préparation

S'agissant du dossier des énergies renouvelables, le nouveau PDG a précisé qu'il s'agit d'un programme de l'Etat, qui suit son cours puisque Sonelgaz a déjà réalisé, à ce titre, 500 mégawatts et va continuer.

Concernant le fameux projet de réalisation de 4000 mégawatts, le dossier est en cours de préparation, a avancé M. Arkab.

"Nous n'allons nous précipiter car il s'agit d'un projet complexe dans lequel sera intégré d'une maniéré massive l'outil national", a t-il précisé.

Cependant, le responsable n'a pas donné de date concernant le lancement de l'appel d'offre, se contentant de dire que celui-ci sera lancé incessamment.

D'autre part, le projet algérien dénommé "Atlas 1", il fera l'objet d'un appel d'offre à investisseurs nationaux et internationaux avec l'obligation du soumissionnaire d'engager des investissements pour la fabrication locale d'équipements destinés à des centrales solaires.

D'une capacité globale de 4.050 mégawatts, ce projet est réparti en trois lots de 1.350 mégawatts, chacun produisant une énergie solaire de type photovoltaïque.

Nécessité d'optimiser es ressources

Le ministre de l"Energie a, dans son allocution prononcée à cette occasion, fait l'éloge des "nombreuses qualités et performances" du PDG nouvellement installé.

Il a rappelé que l'ex-responsable de la compagnie de l'engineering de l'électricité et du gaz (Filiale Sonelgaz) a été un élément essentiel lors de la réalisation d'ouvrages structurants majeurs, "au regard de la forte demande en énergie de ces dernières années".

Le ministre a témoigné du plein engagement du PDG de Sonelgaz dans la consolidation de système électrique et dans les efforts de réalisation des programmes publics de gazéification qui "font de l'Algérie l'un des pays les mieux desservis en Energie dans le monde".

Par ailleurs, le ministre de l'Energie a donné des "orientations pour mobiliser les efforts de tous et optimiser les ressources".

Il a tenu également à saluer "l'engagement et la performance des 80 000 employés des sociétés de Sonelgaz de même que le rôle majeur du partenaire social qui a toujours privilégié la stabilité du Groupe en défendant, à la fois, les intérêts des travailleurs et de l'entreprise".

A ce propos, M. Guitouni a mis l'accent sur "les valeurs du dialogue social, d'équité dans la distribution des tâches et des revenus et la prééminence par la compétence et le mérité", a-t-il déclaré.

Ainsi, il a exhorté M. Arkab à "redoubler d'effort pour assurer la relève et former la jeune génération qui a rejoint les rangs du Groupe Sonelgaz".

"Avoir de la vision, c'est préparer l'avenir", a-t-il déclaré, ajoutant qu'"il faudra mettre en place les outils et les procédures réglementaires et de gestion pour plus de transparence et d'éthique tout en travaillant en symbiose avec le partenaire social".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...