Plus de 18.000 Rohingyas ont fui les violences en Birmanie depuis vendredi

Publication: Mis à jour:
ROHINGYAS
Mohammad Ponir Hossain / Reuters
Imprimer

BIRMANIE - Au moins 18.500 réfugiés de Birmanie ont traversé la frontière vers le Bangladesh, depuis la semaine dernière, fuyant les violences dont fait l'objet la minorité musulmane Rohingya, a annoncé mercredi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

"Au total, 18.500 personnes ont traversé la frontière depuis le 25 août", jour du début des violences, a annoncé le porte-parole de l'OIM, Chris Lom dans une déclaration relayée par les médias.

Cette estimation est le résultat d'une compilation des données recueillies par les ONG venant en aide aux réfugiés dans la région de Cox Bazar, du côté de Bangladesh.

"Nous savons aussi qu'il y a des gens coincés à la frontière, mais nous ne savons pas combien", a ajouté le porte-parole, insistant sur la difficulté à travailler dans la région. En effet, ces derniers jours, une partie des réfugiés se sont vu refuser l'accès au Bangladesh.

Depuis vendredi, les violences entre rebelles Rohingyas et l'armée birmane dans l'Etat de Rakhine ont fait au moins 110 morts. Apatrides en Birmanie, qui compte plus de 90% de Bouddhistes, les Rohingyas, vivant dans ce pays depuis des générations, n'ont pas accès au marché du travail, aux écoles ni aux hôpitaux.

Inquiétudes de l'ONU

Le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres s’est dit lundi “profondément préoccupé" par les informations faisant état de tueries de civils dans des opérations des forces de sécurité dans l’Etat de Rakhine dans l’ouest de la Birmanie.

Le responsable onusien a également appelé les autorités birmanes à traiter les “causes profondes des violences” et souligné “la responsabilité du gouvernement birman de fournir la sécurité et l’assistance aux personnes dans le besoin”, indique un communiqué du porte-parole des Nations Unies, Stéphane Dujarric.

LIRE AUSSI: