Le dossier Paypal n'est pas encore clos, selon le ministre des TIC Anouar Maarouf

Publication: Mis à jour:
PAYPAL
The new PayPal logo on a smartphone. PayPal is an e-commerce company that transfers payments over the internet. (Photo by Ted Soqui/Corbis via Getty Images) | Ted Soqui via Getty Images
Imprimer

On croyait que le dossier Paypal a été définitivement clos. Mais, ce n'est pas vraiment le cas, d'après une déclaration formulée ce mercredi 30 août par le ministre des technologies de la communication et de l’économie numérique Anouar Maarouf. "La réponse négative de Paypal n’est pas définitive et il reste une marge pour renégocier avec eux," a-t-il affirmé sur les ondes Shems Fm.

Maarouf a expliqué que son ministère avait proposé à PayPal une solution technique et lui a envoyé, à travers la Banque centrale de Tunisie, une lettre de confort. Mais cette dernière a été refusée sous prétexte que la qualité de service n'est pas adéquate aux exigences de cette dernière, vu l’actuelle législation en Tunisie et la maturité du marché.

Des solutions alternatives à Paypal sont à l'étude, a confié le ministre, en ajoutant que des acteurs internationaux et nationaux sont en lice pour fournir ce service. "Nous sommes en train de collaborer avec des partenaires locaux pour trouver une solution équivalente à celle de Paypal", a-t-il affirmé. Il a évoqué, également, la Poste tunisienne qui vient d’être choisie comme hub régional au niveau de l’Afrique du nord par l’Union mondiale du commerce électronique.

Il est à rappeler, qu'en juin dernier, la direction de Paypal avait annoncé au ministère des TIC rejet du dossier déposé par la Tunisie, sans donner d'explication, et ce, malgré les efforts des autorités concernées et les transactions positives entre les deux parties.

Selon Express Fm, le point de litige principal serait dans l'insistance de PayPal sur la condition suivante: le virement d'argent d'un compte tunisien vers n'importe quel autre compte dans le monde. Une condition jugée inacceptable par la Banque Centrale de Tunisie qui pourtant s’est pliée aux exigences de Paypal concernant la libre utilisation de l’argent récupéré sur ce circuit.

D'après THD, le ministère des TIC et de l’Economie numérique, Anouar Maarouf, aurait décidé de contacter les autres institutions financières concurrentes à Paypal telles que Stripe ou Skrill. Le ministère pourrait également tendre la main à la société civile pour que la Banque Centrale de Tunisie considère les paiements via les Cryptomonnaies tel que le Bitcoin afin de créer de nouvelles alternatives et contourner les diktats de Paypal.

LIRE AUSSI: L'ancien ministre des TIC Noômane Fehri: "Il est inadmissible que le Maroc bénéficie du PayPal alors que la Tunisie en est privée"

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.