Hajj: plus de deux millions de musulmans entament les rites du pèlerinage

Publication: Mis à jour:
HAJ
Les autorités saoudiennes ont mobilisé d'importants moyens financiers, logistiques et sécuritaires | Suhaib Salem / Reuters
Imprimer

ISLAM - Plus de deux millions de musulmans ont entamé, ce mercredi 30 août, le pèlerinage aux lieux saints de l'islam.

Cette année, les autorités saoudiennes ont mobilisé d'importants moyens financiers, logistiques et sécuritaires, dont le déploiement de 100.000 membres des forces de sécurité, plus de 17.000 employés de la protection civile, soutenus par 3.000 véhicules, et installé plus de 17.000 caméras sur le parcours du Hajj, selon un responsable saoudien à la Défense civile.

Au Maroc, la délégation officielle pour le pèlerinage, conduite cette année par le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, a quitté, le 26 août, l'aéroport de Rabat-Salé pour accomplir le rite du Hajj au titre de l'année 1438 de l'hégire.

Le roi Mohammed VI avait reçu, le 20 août au palais royal de Tétouan, les membres de cette délégation. À cette occasion, il avait insisté sur l’importance de communiquer avec les pèlerins et d’être à leur écoute afin de leur permettre d’accomplir le rite du Hajj dans les meilleures conditions.

Il avait également adressé un message aux pèlerins marocains, les appelant à "respecter les consignes et les instructions relatives au déroulement des étapes du Hajj, qu’elles émanent des cadres de notre ministère des Habous et des Affaires islamiques, qui vous accompagnent pendant toute la durée du pèlerinage, ou qu’elles procèdent des autorités saoudiennes chargées des affaires" du pèlerinage.

En septembre 2015, une immense bousculade avait causé la mort de plus de 2.000 pèlerins à la Mecque, dont 36 Marocains, selon le décompte établi par l'AFP.

Le Hajj se tient une fois par an au début du mois de Dhou Al-hajja et culmine le 9 du même mois, à la veille de l’Aid Al Adha. L'Arabie saoudite espère accueillir, d'ici 2030, quelque 30 millions de pèlerins par an contre huit millions actuellement.

LIRE AUSSI: