Aid al Adha: Rim Roudies, pédopsychiatre, nous livre les clés pour préparer son enfant et éviter les traumatismes

Publication: Mis à jour:
SHEEP FIELD
Getty Images
Imprimer

VIE DE FAMILLE - Aïd al Adha (fête du sacrifice) peut se révéler être une véritable épreuve pour certaines familles. Comment gérer la sensibilité des plus petits et éviter les traumatismes? Comment se comporter lorsque l'animal fait son arrivée à la maison? Quand et comment exposer ses enfants? Pour y répondre, nous avons rencontré Dr Rim Roudies, psychiatre de l'enfant, de l'adolescent et de l'adulte, ayant notamment travaillé au sein de l'unité pédopsychiatrie de l'hôpital Arrazi. Entretien.

HuffPost Maroc: Que représente l'Aïd al Adha pour les enfants?

Dr Rim Roudies: L'Aïd al Adha, appelé familièrement Aïd el-Kebir (grande fête), ou par abus "fête du mouton", est une fête musulmane qui commémore le sacrifice fait par Ibrahim. Pour les enfants, c'est avant tout une opportunité de voir la famille et de s'amuser avec leurs pairs. Dans la majorité des cas, les enfants éprouvent de la curiosité et participent aux festivités sans le moindre incident. Si la cérémonie de l'égorgement du mouton reste l'élément central de cette fête, l'enseignement qu'on devrait inculquer aux enfants est que la dimension symbolique et spirituelle du sacrifice dépasse l'acte lui-même.

sheep

Est-ce traumatisant pour les enfants d'assister à la cérémonie du sacrifice?

Pour la plupart des enfants, assister à la cérémonie de l'Aïd al Adha ne génère aucun traumatisme, ni choc émotionnel particulier. Cependant, il est essentiel de gérer les sensibilités de certains enfants, très jeunes, très sensibles ou anxieux, pour lesquels l'égorgement du mouton peut s'avérer traumatisant à cause des représentations qu'ils peuvent s'en faire, comme éprouver du dégoût ou de la peur. D'autre part, certains enfants, peuvent s'attacher à l'animal et apprivoiser le mouton comme un animal de compagnie, ils ont par conséquent du mal à s'en séparer et ressentent une réelle tristesse. Quelles que soient les circonstances, les parents devraient en discuter avec leurs enfants et rectifier certaines notions qu'ils auraient pu alimenter autour de l'acte. Ceci pourrait éviter que les enfants aient une aversion et refusent de manger la viande du mouton parfois à vie. De façon anticipatoire, les parents peuvent expliquer aux enfants, selon ce qu'ils peuvent assimiler en fonction de leur âge, la symbolique du geste et mettre en valeur la spiritualité de l'aïd, notamment en leur racontant l'histoire du sacrifice ou en l'illustrant. Il est essentiel de ne pas forcer un enfant qui refuse d'assister à l'égorgement du mouton. Il faut savoir que les enfants ont des degrés de tolérance très différents. Par conséquent, il est important de ne pas les brusquer. S'ils participent aux festivités de leur plein gré, on les laisse y prendre part. Sinon, laissons-leur la liberté de s'abstenir.

Comment préparer son enfant pour éviter d'éventuels chocs émotionnels?

En réalité, le choc peut survenir de façon imprévisible, surtout pour des enfants à tempérament anxieux ou sensibles. Le fait de contextualiser l'acte de l'égorgement dans sa valeur symbolique peut s'avérer d'une grande utilité pour tous les enfants. En effet, le moment du sacrifice doit être une occasion pour les parents d'être attentifs à leurs enfants et d'ajuster leur réaction selon les signaux envoyé par enfant. Par exemple, un enfant qui exprime un malaise à la dernière minute et ne veut plus assister doit être compris, sécurisé et épargné. Pour ceux qui sont jeunes et qui n'ont pas encore la maturité psychique et affective pour comprendre la signification de cet acte, l'exposition n'est pas nécessaire. De façon plus générale, et même si les enfants se montrent curieux, les parents devraient rester vigilants car ils sont les mieux placés pour savoir si leur enfant pourra supporter ou non cette scène. Et le plus important, c'est de ne pas les forcer au cas où ils refuseraient d'y assister.

LIRE AUSSI: