L'ATFD: "Nous gagnerons les batailles actuelles et futures contre l'oppression patriarcale"

Publication: Mis à jour:
WOMEN TUNISIA PROTEST
Tunisian women display placards during a protest on International Women's Day in Tunis on March 8, 2012. The legal status of women in Tunisia is unique in the Arab world giving strict equality between men and women since since 1956. AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

SOCIÉTÉ- L'association tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) a réagi via un communiqué sous forme d'une Déclaration à la nécessité d'établir l'égalité en héritage et la levée de l'interdiction le mariage de la Tunisienne avec un non-musulman soulevées récemment par le président de la République Béji Caid Essebsi. Cet appel constitue un triomphe du plaidoirie pour l'égalité totale qui est le cheval de bataille des féministes tunisiennes depuis des décennies.

L'ATFD soutient en effet les appels de la présidence à abroger l'inégalité entre les hommes et les femmes en matière d'héritage. L'inégalité en la matière est selon elle un "facteur de féminisation de la pauvreté et dont la symbolique 'une femme vaut la moitié d’un homme 'perpétue la domination patriarcale et ne tient pas compte des changements sociaux, de la participation des femmes à l’entretien de la famille et au développement économique et social".

L'ONG appuie le droit de la Tunisienne d'épouser un non-musulman. La circulaire bafouant ce droit "résulte de la même logique patriarcale selon laquelle la femme obéit à son mari et le suit, y compris dans sa religion et dont l’illégalité est manifeste en ce qu’elle contredit les droits au libre choix du conjoint et à la liberté de conscience". Le comité directeur se félicite par ailleurs de la création d'une commission des libertés individuelles et de l'égalité sous la présidence de Bochra Bel Haj Hmida, une militante de la vieille garde de l'association.

LIRE AUSSI: Trois questions pour comprendre la polémique autour des successions et du mariage de la musulmane avec le non-musulman

Tout en louant ces mesures qui suivent l'adoption de la loi intégrale relative à la lutte contre les violences faites aux femmes, les militantes féministes se disent vigilantes concernant la consécration effective de ces droits et libertés. L'ATFD restera sur le qui-vive pour faire barrage au wahhabisme qui "pare l’oppression patriarcale du vernis du sacré".

LIRE AUSSI: Ces femmes (parmi tant d'autres) qui ont milité pour l'adoption d'une loi contre les violences faites aux femmes

"Nous, tunisiennes, qui nous sommes élevées contre la dictature, avons arraché une constitution égalitaire et la levée des réserves à la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, sommes et resterons debout et vigilantes pour que nos droits et libertés deviennent effectifs.

Parce que notre cause est juste, nous qui avons gagné les batailles de la parité, de l’égalité et de l’élimination des violences contre les femmes, gagnerons les batailles actuelles et futures contre l’oppression patriarcale quel que soit l’habit dont celle-ci se pare", a conclu le comité directeur de l'ATFD.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.