Self-défense: connaître et maîtriser les bons gestes

Publication: Mis à jour:
SELF DEFENSE
Facebook/Self-Defense MAROC
Imprimer

SELF DEFENSE - On n'est jamais si bien servi que par soi-même. La tendance n'est pas nouvelle, mais connaître et maîtriser les techniques de self-defense continue de faire des adeptes. Nous avons rencontré Thierry Bordonado, professeur de self-defense, ceinture noire de karaté, instructeur principal de Penchak-Silat, formé par Charles Joussot, formateur au sein de la DGSN, à l'Institut Royal de Police, il est également enseignant de Tai-Chi et de Chi-Kung. Représentant officiel au Maroc de la FISFO "Federal International System Force de l'Ordre", il organise régulièrement des stages à travers le royaume. Il nous explique l'importance et les enjeux de la self-défense ainsi que les clés pour se sortir d'une agression. 

HuffPost Maroc: À qui s'adresse la self-défense?

Thierry Bordonado: Même si elle est ouverte à tous, la self-défense reste une pratique qui s’adresse principalement aux femmes puisqu’elles sont les premières victimes des agressions ou de violences. Toute personne avec un minimum de condition physique peut s’inscrire à des cours de self-defense. Car pour apprendre à se défendre, nous allons faire appel à son potentiel physique, énergétique et mental pour lui donner les outils nécessaires afin de réagir de manière à décourager l’agresseur de faire une seconde tentative à son égard. La plupart des personnes qui assistent à mes cours sont des personnes qui ont déjà vécu des situations dans lesquelles elles ont été victime d’un mauvais comportement. C’est à ce moment-là que naît réellement le besoin d’apprendre à se défendre et à se protéger. Malheureusement, très peu viennent en prévention. Pourtant, il est primordial de connaître les gestes de base pour pouvoir se protéger en cas d’agression.

Qu’est ce que le FISFO ?

FISFO, "Federal International Systems Forces De L’ordre", signifie Fédération internationale système des forces de l’ordre. Il s’agit d’une fédération internationale dont je suis le représentant au Maroc. Ce qu’il faut savoir, c’est que Fisfo est né d’un besoin des forces de l’ordre de maitriser des individus. Les techniques n’étaient destinées qu’aux personnes des services de sécurité, puis depuis une vingtaine d’années, la discipline s’est démocratisée.

Faut-il suivre une formation longue ?

Il y a différentes méthodes. Le système que nous proposons a la particularité d’enseigner ces méthodes en un temps assez réduit, sous forme d’ateliers et de formations avec un certain nombre d’heures. Il est certain qu’une pratique régulière est irremplaçable, mais il est possible de participer à quelques ateliers seulement pour acquérir quelques gestes de bon sens qui aident une victime à s’en sortir en cas d’agression.

Que gagne-t-on a suivre des cours de Fisfo?

Dans un premier temps, il y a un côté psychologique qui n’est pas négligeable. Le mental est indissociable à la pratique physique. Une personne qui est sûre de ses capacités, qui a gagné en confiance, va dégager quelque chose qui va dès le départ décourager l’agresseur. À travers l'attitude d'une personne, à travers le langage corporel de celle-ci, un agresseur décidera ou non d’attaquer. Il faut imaginer qu'un agresseur choisit sa victime, comme un prédateur choisit sa proie.

La condition physique est-elle importante?

On ne connaît jamais l’issue d’un combat. De ce fait, mieux on est préparé physiquement, plus on a de chance de s’en sortir. Il est préférable d’avoir un minimum de condition physique.

En cas d'agression, quelle est la clé pour s'en sortir?

L’élément le plus important est l’observation. Quand on est pris par surprise, on est très désavantagé. De ce fait, on a de faible chance de s’en sortir. Il faut prêter attention à ce qui nous entoure pour pouvoir anticiper le danger. On anticipe principalement par le positionnement dans l’espace, par le regard, on détecte les objets et les personnes qui nous entourent… C’est un élément déterminant pour s’en sortir en cas de problème.

Quel conseil donneriez-vous aux novices?

Nous conseillons toujours de prendre toutes les précautions pour éviter de se faire agresser. Toujours s’assurer que les portières de la voiture soient bien fermées, éviter certains lieux spécialement à certaines heures tardives, savoir se positionner pour éviter les vols à l’arraché, éviter de marcher en bord de route afin de ne pas être une cible pour les voleurs en motocyclette et éviter de porter son sac à main du côté de la route… Mais le premier conseil, c’est de prendre l’habitude d’observer son environnement. Nous essayons de développer ce que l’on appelle "le regard périphérique", c’est à dire de voir rapidement tout ce qui se passe autour, pour repérer un individu qui peut représenter une menace. Nous visons aussi à ancrer certains mécanismes dans l’esprit des participants. Il y a quelques techniques essentielles que nous répétons à chaque séance pour en faire des réflexes. Il faut savoir qu’en situation réelle, on oublie beaucoup de choses apprises lors des séances, on n’agit qu'avec des mouvements mécaniques car il faut agir très vite.

Comment s’organisent vos ateliers?

Nous commençons d’abord par une prise de contact du groupe, avec éventuellement des anecdotes afin de pouvoir comprendre ce qui a pu se passer et donner les outils pour réagir dans des cas similaires. Ensuite, nous abordons le côté psychologique: nous travaillons sur l’attitude à adopter afin de maitriser le langage corporel, d’apprendre à se déplacer, à observer et à anticiper. Puis nous entamons une période brève d’échauffement afin de préparer le corps avant de nous concentrer sur les techniques de défense.

Y a-t-il différents niveaux de formation?

En effet, nous considérons les niveaux, non pas comme des ceintures comme dans les arts martiaux classiques, mais plutôt par des temps de pratiques qui sont couronnés par un diplôme, ce qui permet de passer au niveau suivant avec des situations plus complexes. Nous avons des échelles de 6 mois, 1 an, 18 mois et 24 mois. Puis ensuite, nous passons à des grades comme assistant, professeur …

Où peut-on vous trouver ?

J’interviens dans plusieurs établissements à Casablanca et Mohammedia. Je serai chez Bfit Club à Casablanca à partir d’octobre, ainsi qu'à Om Yoga et au CAFC. J'ai par ailleurs plusieurs représentants à travers le royaume, qui enseignent la méthode que je pratique.

INITIATION GRATUITE - Pour celles qui seraient intéressées par des cours gratuits de Self Defense, une autre structure propose des formations gratuites dès le mois de septembre à Rabat. La fondation Mustafa Lakhsem offre ainsi trois mois de cours gratuits aux 30 premières inscrites. L'ex champion du monde de Full-Contact se dit en effet préoccupé par la situation actuelle d'insécurité et le grand nombre d'agressions envers les femmes. Gratuits, les cours sont ouverts à toutes les femmes intéressées de plus de 16 ans. Les inscriptions sont ouvertes à partir du 4 septembre, et les cours devraient démarrer le samedi 16 septembre dans les locaux de l'académie.

LIRE AUSSI: