Le Maroc adhèrera à la CEDEAO avant la fin de l'année

Publication: Mis à jour:
NASSER BOURITA CEDEAO DE SUZA
Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain de Suza | DR/www.diplomatie.ma
Imprimer

AFFAIRES ÉTRANGÈRES - C’est désormais officiel: l’adhésion effective du Maroc à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sera annoncée le 16 décembre prochain à Lomé. L’information a été donnée aujourd’hui par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, à l'issue d’une séance de travail avec le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain de Suza.

Cette décision devrait impliquer la libre circulation des biens, des services, des personnes et des capitaux, ainsi que la mise en œuvre des accords de prévention des risques et des règles de bonne gouvernance entre le Maroc et les 15 pays membres de la Communauté. "10 millions de Marocains pourront aller s’installer au Nigéria, comme 20 millions de Nigérians pourront venir s’installer au Maroc", explique de Suza.

Le Maroc s’est également engagé, dans une lettre royale, à adhérer à la monnaie unique de la CEDEAO, le jour où celle-ci sera adoptée. Ce qui ouvrira au royaume les portes d’un marché de 340 millions de consommateurs.

Attention toutefois, la monnaie unique comme la libre circulation des personnes n’est pas pour demain. "L’adhésion du Maroc à la CEDEAO est un mariage. Un mariage sans Brexit, sans divorce. Cela suppose que nous prenions certaines dispositions diplomatiques et surtout juridiques pour que nous puissions conclure le traité additionnel qui confère au Maroc le droit de devenir adhérent à part entière", souligne le président de la Commission.

L’exemple le plus flagrant est celui des lignes tarifaires qui sont au nombre de 6.000 pour la CEDEAO alors que le Maroc en dispose de 17.800. Ces dispositions devront donc prendre du temps et seront étalées sur plusieurs années selon le ministre marocain. Ce dernier rassure toutefois, car pour le Maroc, "adhérer à la CEDEAO est une décision stratégique qui, pour se concrétiser, doit passer par des discussions techniques. Ces dernières ne doivent donc pas occulter le stratégique".

Pour rappel, l’accord de principe de l’adhésion du royaume avait déjà été exprimé le 4 juin dernier lors de la Conférence des Chefs d’États et de gouvernement de la CEDEAO à Monrovia (Liberia).

LIRE AUSSI: