Une vidéo dénonçant le harcèlement sexuel des femmes au Maroc refait surface

Publication: Mis à jour:
DR
La vidéo a été réalisée par l'association Jossour Forum des Femmes Marocaines en partenariat avec ONU Femmes | Capture d'écran
Imprimer

FEMMES - Dans la rue, au travail, au sein de sa propre famille... Le harcèlement que subissent les femmes au Maroc est quotidien et présent dans tous les pans de la société. Après l'agression sexuelle qui a eu lieu dans un bus de Casablanca il y a quelques jours, une vidéo contre ce harcèlement a refait surface sur les réseaux sociaux. #Baraka (stop, en darija) met en lumière toutes les formes que prend le harcèlement sexuel infligé aux femmes au Maroc.

Cette vidéo, qui a repris un triste élan après l'agression sexuelle, a été réalisée dans le cadre d'une campagne digitale baptisée "L’égalité ça s’apprend", et lancée en mai dernier en partenariat avec ONU Femmes.

#Baraka a été présenté à 15 lycées et collèges de Rabat dans le cadre du programme "Rabat, ville sûre", mené par l'association Jossour Forum des Femmes Marocaines. Pendant trois mois, l'association a sensibilisé près de 300 jeunes rbatis à la condition de la femme. "Nous avons voulu sensibiliser les jeunes de façon innovante. Pendant trois mois, 20 à 25 élèves des lycées ou collèges participaient à des modules de sensibilisation à travers différents ateliers: théâtre, caricature, plaidoyers...", explique au HuffPost Maroc Omayma Achour, présidente de l'association Jossour Forum des Femmes Marocaines.

La vidéo #Baraka a ainsi été présentée aux jeunes dans le cadre de ce programme. "Nous avons ensuite voulu réaliser une campagne autour de cette vidéo pour la partager et atteindre plus de monde", ajoute la présidente.

Un manque de sensibilisation au Maroc

L'agression sexuelle a renvoyé au Maroc une image difficile. Et le chemin pour sensibiliser les Marocains à la condition de la femme est encore long. "Il y a beaucoup de programmes et de nombreuses actions sont menées. Mais le problème, c'est que les jeunes considèrent que ça ne les concerne pas. Ils pensent que la société civile et les associations pour les femmes font l'affaire. Mais si les jeunes ne s'y intéressent pas, la société civile n'avancera pas. Ce sont eux les leaders de demain", souligne Omayma Achour.

Depuis quelques années, l'association Jossour Forum des Femmes Marocaines s'est donc rapprochée des jeunes. Aux côtés du programme "Rabat, ville sûre", l'organisation a mené d'autres projets. Parmi eux, une campagne de plaidoyer avec des universités de Rabat, Marrakech et Casablanca qui comprenait une formation, l'organisation d'un événement en rapport avec la condition de la femme et une compétition.

"Quand on leur donne une formation, les jeunes font du très bon travail. On suit encore ceux qu'on a rencontrés et on est très heureux. Après l'agression sexuelle, beaucoup d'entre eux ont créé des pétitions et en ont parlé. Un jeune qui sera sensibilisé aujourd'hui sur la condition de la femme respectera, demain, sa future épouse, sa future collègue, les femmes qui vont l'entourer", conclut Omayma Achour.

LIRE AUSSI: