Samir Taieb apporte son soutien à Fadhel Abdelkefi et dénonce la campagne dont il a été victime

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Invité de la radio Shems Fm, le ministre de l'Agriculture, de la pêche et des ressources hydrauliques Samir Taieb a affirmé regretté la démission du ministre de l'Investissement, du développement et de la coopération internationale et ministre des Finances par intérim Fadhel Abdelkefi.

"J'apporte ma totale solidarité à Fadhel Abdelkefi. Le gouvernement et la Tunisie l'ont perdu" a indiqué Samir Taieb déplorant le départ d'une "compétence" dans "des circonstances difficiles" pour l'économie du pays.

"Il y a eu une campagne entière (menée contre lui) et pas seulement des pressions" affirme-t-il avant d'ajouter: "Mon problème n'est sa démission mais cette campagne dont il a été la cible".

"Il y a eu un dysfonctionnement judiciaire qui ne l'a pas informé (qu'il avait une action en justice en cours) (...) et puis on lui ressort sur une affaire qui date de 2005 (...) qui a été clôturée par la justice... ce sont autant de preuves qu'il y avait une campagne que soit à l'ARP ou dans les médias, menée contre lui et nous l'avons nous-même senti" explique Samir Taieb.

Selon lui, le fait d'avoir voulu atteindre de la sorte Fadhel Abdelkefi est un message adressé au gouvernement: "Ils essayent d'atteindre le gouvernement. Quand ils ont essayé d'atteindre le gouvernement dans son ensemble, ils ont failli. Alors ils essayent d'attaquer ses membres individuellement" évoque-t-il.

Revenant sur la question du remaniement ministériel à venir, Samir Taieb indique avoir "une confiance absolue" en Youssef Chahed pour "réussir ce remaniement" notant qu'il existe tout de même un problème à ne pas négliger: "Sur la scène politique tunisienne, une manoeuvre politique basique se transforme vite en soufflé" alerte-t-il.

"Des remaniements ont lieu dans tous les pays, je ne comprends pas l'ampleur donnée à ce remaniement" affirme-t-il.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.