Le secteur de la Santé est entre les mains de mafias prévient l'ancien ministre Saïd Aïdi

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le leader de "Bani Watani" et ancien ministre de la Santé Saïd Aïdi a affirmé dimanche sur les ondes de Radio Med que le secteur de la médecine en Tunisie est entre les mains "de mafias".

"On parle de secteur public et de secteur privé, mais ce que l'on constate maintenant, c'est que c'est la mafia qui est en train de contrôler le secteur de la santé en Tunisie" a-t-il affirmé.

Selon lui, cette "mafia" ne s'occupe pas seulement des médicaments mais également des équipements, des infrastructures mais également de "stents": "Il y a une volonté de fermer les dossiers et de vite passer à autre chose" regrette-t-il.

Lui même ancien ministre de Santé, pourquoi n'a-t-il pas tenté d'accélérer les choses? "J'ai fait ce qui était dans mes prérogatives de ministre et j'ai envoyé des dossiers à la Justice".

Revenant sur les affaires de l'hôpital régional de Sfax mais également celle des stents périmés, Said Aïdi s'interroge: "On se demande s'il y a une volonté politique de mettre fin à la corruption dans le secteur de la Santé?", indiquant ne pas avoir d'autres explications quant à certaines décisions prises dans ces dossiers.

Ce n'est pas la première fois que l'ancien ministre de la Santé parle de "mafias" au sein du secteur de la Santé. Le 31 octobre 2016, invité sur la chaine El Hiwar Ettounsi, il avait tenu des propos semblables.

Interrogé sur les scandales qui ont éclaté à son époque – les dossiers des stents et les anesthésiants périmés – Saïd Aïdi a assuré avoir subi des pressions – qui auraient même été adressées à sa propre famille – de la part de ceux qu’il a qualifiés de mafias exerçant dans le secteur en question.

La ministre de la Santé, Samira Meraï lui a répondu le lendemain niant l'existence de "mafias" mais évoquant d’une grande corruption implantée un peu partout dans ledit secteur.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.