Un documentaire d'Al Arabiya accuse Ennahdha et le Qatar d'être les sponsors des réseaux d'envoi des jeunes au Djihad (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'envoi des jeunes aux Djihad, un sujet tabou qui préoccupe encore les esprits en Tunisie ainsi que dans la plupart des pays arabes. Qu'est-ce qui pousse ces jeunes à se radicaliser? Comment basculent-t-ils vers le Djihad? Comment font-ils pour franchir les frontières pour partir dans les zones de conflits? Qui les finance? Plusieurs questions se posent encore. Un documentaire de 20 minutes, réalisé par la chaîne saoudienne Al Arabiya et diffusé samedi 26 août 2017, a tenté de répondre à cet énigme et à dévoiler les parties responsables de ce fléau, en se basant sur des témoignages et en se référant à des enquêtes d'investigation.

Baptisé "Pour une mission spéciale", ce documentaire pointe du doigt le trio Qatar, Ennahdha et les associations caritatives d'être les parties impliquées dans les réseaux d'envoi de jeunes vers les zones de conflits.

Un documentaire qui retrace, à travers les témoignages d'experts, d'avocats, de politiciens et des membres de familles des victimes, les facteurs qui auraient motivé ces jeunes à partir au Djihad. D'Ennahdha, au transfert de fonds qataris, en passant par les mosquées hors de contrôle, les passeports falsifiés et la compagnie aérienne Syphax Airlines ... le documentaire a balayé cette toile d'araignée responsable de l'envoi des jeunes jihadistes tunisiens.

Ils sont près de 6000 à avoir quitté la Tunisie pour combattre en Syrie et en Iraq. Environs 3000 jihadistes tunisiens se trouvent actuellement dans ces zones de conflits, précise le documentaire en soulignant le fait que ce chiffre paraît nettement moins inférieur aux statistiques avancées par les parties non officielles.

Selon les témoignages collectés, l'accès au pouvoir du mouvement Ennahdha a créé un terrain favorable pour la montée du terrorisme. Les mosquées hors-contrôle ont, également, favorisé l'endoctrinement de jeunes vers l'Islam radical et facilité leur enrôlement au Jihad. Le documentaire a, par ailleurs, évoqué l'implication de cadres sécuritaires à l'époque de la Troïka qui ont notamment fourni des passeports falsifiés permettant aux jeunes de quitter le territoire tunisien. La compagnie aérienne de Mohamed Frikha, député d'Ennahdha, a été, à son tour, citée dans le documentaire en mettant en relief son rôle de transporteur de jeunes vers la Turquie, une passerelle vers les zones de conflits.

Des sommes colossales de l’ordre de 10 millions et de 20 millions de dollars ont été transférées du Qatar en passant par la Turquie au profit d’associations de bienfaisance actives en Tunisie relate le documentaire.

Ce dernier qui pointe du doigt le rôle joué par le Qatar et l'accuse directement d'être l'élément clé d'envoi de jeunes vers les zones de conflit par le financement du terrorisme djihadiste international, et diffus" par la chaine saoudienne Al Arabiya s'inscrit dans un cadre de tensions et de, rivalité entre les deux pays.

Depuis le début de la crise du Golfe, le Qatar a toujours nié les accusations de ses voisins, y voyant une tentative de mettre sa politique étrangère sous tutelle et une volonté d'étrangler son économie.

Fort d'une population d'à peine 2,6 millions de personnes, dont 80% d'étrangers, le minuscule émirat gazier est l'un des pays les plus riches au monde en termes de PIB par habitant.

Sur le plan politique, les relations étroites du Qatar avec la confrérie des Frères musulmans font régulièrement l'objet de critiques.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.