Élections municipales: Youssef Chahed appelle à ce que chacun assume ses responsabilités

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a mis en garde vendredi "toutes les autres parties (à part l'ISIE) concernées par l'organisation des élections municipales à prendre leur responsabilité jusqu'à ce que les élections se déroulent" a-t-il prévenu suite à un entretien avec le président de la République Béji Caid Essebsi.

"J'ai également présenté au président de la République les avancées faites dans l'organisation des élections municipales" a affirmé Youssef Chahed indiquant avoir notamment mis en place les conditions relatives à l'instauration des tribunaux administratifs régionaux et avoir donné le soutien nécessaire à l'ISIE.

Depuis plusieurs jours, de nombreuses personnalités et partis politiques se sont interrogés sur une organisation "précipitée" des élections municipales.

Mercredi, Issam Chebbi, secrétaire-général d'Al Joumhouri avait indiqué sur les ondes de la radio Express Fm que "la date du 17 décembre n'était pas appropriée" appelant le président de la République Béji Caid Essebsi à revoir cette date pour "les intérêts supérieurs du pays".

Principal grief selon lui, la non adoption du code des collectivités locales, déplorant que les élections auront lieu sous une loi lacunaire "vieille de 50 ans".

Même son de cloche du côté du Front Populaire et de Hamma Hammami. Ce dernier a affirmé sur Mosaïque Fm qu'avec le code actuel les prochaines élections municipales risquent de donner des résultats comme sous Ben Ali, sous entendu, truqués.

Idem du côté du parti "Tunisie d'abord" qui a indiqué que les conditions n'étaient pas favorables à l'organisation des élections municipales. Selon le parti, les pressions que subit l'ISIE sont un risque majeur à prendre en considération.

Invité sur Express FM, le ministre des Collectivités locales Riadh Mouakher a affirmé que le nouveau code contenant 380 articles et nécessitant 27 décrets d'applications prendra du temps à être mis en place ajoutant que "si ce code n'est pas adopté à temps, ce ne sera pas la fin du monde".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.