Le pétrole ouvre en hausse à New York à cause de l'ouragan Harvey

Publication: Mis à jour:
OIL PRICES
Stock market concept with oil rig in the gulf and oil refinery industry background,Double exposure | Kanoke_46 via Getty Images
Imprimer

Le pétrole coté à New York rebondissait légèrement à l'ouverture vendredi, le marché s'interrogeant sur l'impact de l'ouragan Harvey sur les raffineries de la côte texane et la production américaine de brut.

Vers 13H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre, la référence américaine, prenait 13 cents et évoluait à 47,56 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le baril avait nettement baissé jeudi, les investisseurs anticipant une baisse de la demande de brut à l'approche de l'ouragan Harvey.

Désormais classé par le Centre national des ouragans (NHC) en ouragan de catégorie 2, Harvey pourrait devenir dans les prochaines heures l'ouragan le plus puissant à toucher le continent américain en douze ans.

"Il est très difficile de prévoir quelle peut être la trajectoire d'un ouragan une fois qu'il a touché terre", a relevé Robert Yawger de Mizuho.

Mais "il semble bien qu'il se dirige vers la région de Corpus Christi et de Houston, où les raffineries sont nombreuses", a-t-il ajouté.

Au total, selon le spécialiste, 35 raffineries pourraient être affectées, en particulier par les fortes pluies provoquées par le passage de l'ouragan et les coupures de courant qui pourraient en résulter.

Si une raffinerie est totalement arrêtée, "cela peut prendre jusqu'à deux ou trois semaines pour la redémarrer complètement", a indiqué M. Yawger.

Les prix de l'essence ont déjà bondi.

La production américaine de brut devait également être touchée.

Certains opérateurs ont déjà évacué du personnel des plateformes en mer.

Selon les autorités américaines, environ 10% de la capacité de production de brut dans le Golfe du Mexique a été suspendue, ce qui correspond à 167.231 barils par jour.

"Il ne faut pas oublier que la production américaine de brut est de 9,5 millions de barils par jour", a toutefois souligné Gene Mc Gillian de Tradition Energy.

La faiblesse de la réaction du marché vendredi correspond selon lui à "la position attentiste des investisseurs, qui tentent de déterminer quels problèmes va vraiment causer l'ouragan".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.