Tunisie: Le ministère des Affaires étrangères demande à Ankara de réagir rapidement aux propos de Wajdi Ghanim

Publication: Mis à jour:
WAJDI GHANIM
Tiwinoo/Facebook
Imprimer

Les derniers propos du prédicateur égyptien Wajdi Ghanim dans lesquels il s'attaque aux Tunisiens et au président de la République tunisienne Béji Caïd Essebsi en particulier, ne sont pas passés inaperçus.

En effet, le ministère des Affaires étrangères tunisien a convoqué mercredi l'ambassadeur de Turquie en Tunisie, la Turquie étant le pays de résidence de Wajdi Ghanim.

Selon un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, la Tunisie a exprimé sa "vive désapprobation" face aux propos tenus par le prédicateur égyptien, ajoutant "s'étonner que cette personne use de sa résidence en Turquie s'attaquer à l'État tunisien et à ses symboles".

La Tunisie a ainsi demandé à Ankara "de réagir rapidement" et "de prendre les mesures nécessaires" face à Wajdi Ghanim.

Selon le communiqué, l'ambassadeur de Turquie en Tunisie a été "compréhensif" et a confirmé que les propos du prédicateur n'étaient pas "acceptables".

Vers une aide des autorités égyptiennes?

Le journal égyptien ""Youm7" (اليوم السابع) avait affirmé mardi que la Tunisie s'apprêtait, en réaction aux propos de Wajdi Ghanim; à envoyer une note de protestation à la Turquie.

Dans ce sens, un député égyptien a demandé aux autorités de son pays de fournir tous les documents nécessaires et de préparer un dossier complet retraçant les "crimes" du prédicateur extrémiste qui réside actuellement en Turquie. Il a expliqué que ces documents pourront servir de preuve pour la note de protestation à soumettre aux autorités turques par la Tunisie.

Le député a affirmé, par ailleurs, que Wajdi Ghanim, proche de la confrérie des Frères musulmans, classée organisation terroriste en Égypte, a reçu des financements des pays qui parrainent le terrorisme, notamment le Qatar, pour endoctriner les jeunes et faire soumettre toute la région à l'islam radical. Il a ajouté que ce dernier est également connu pour avoir reçu des financements suspects de la part de plusieurs organisations visant à semer le trouble dans les pays arabes.

Le 18 août dernier, Wajdi Ghanim a publié une vidéo dans laquelle il a traité le président de la République tunisienne Béji Caid Essebsi et les Tunisiens de "mécréants". Cette vidéo intervient en réaction aux propositions du président de la République d’instaurer l’égalité dans l’héritage entre l’homme et la femme et d’autoriser la Tunisienne musulmane à se marier avec un non-musulman.

Ce n'est pas la première fois que Wajdi Ghanim s'attaque à la Tunisie. En 2014, il avait déjà attaqué les laïcs tunisiens et dénoncé l'organisation d'élections en Tunisie les jugeant contre la chariaa.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.