Le talc serait cancérigène: Une indemnité de 417 millions de dollars pour une femme atteinte d'un cancer

Publication: Mis à jour:
BABY POWDER JOHNSON
Lucas Jackson / Reuters
Imprimer

417 millions de dollars vont être versés par la marque de cosmétiques Johnson & Johnson à Eva Echeverria, ancienne réceptionniste.

La dame de 63 ans est en effet atteinte de cancer en stade final et accuse le talc de la marque Johnson & Johnson d'en être la cause, mais également de ne pas avoir prévenu les consommateurs sur les risques de cancer.

La sexagénaire utilise le talc quotidiennement depuis l'âge de 11 ans, son cancer a été diagnostiqué il y a 10 ans, soit à l'âge de 53 ans. Elle a continué à l'utiliser, ignorant que des études l'ont relié au cancer des ovaires.

Beaucoup de femmes mettent du talc pour bébé sur leurs cuisses intérieures pour éviter les frottements, ou l'utilisent sur leurs parties intimes ou sur la lingerie pour son effet anti-transpirant.

"Elle sait qu’elle va mourir. Elle le fait pour les autres femmes. Elle veut faire une bonne action avant de partir”, a expliqué son avocat au New York Times.

Mais elle n'est pas la première à avoir porté plainte contre la firme. D'autres femmes avant Eva Echeverria ont obtenu gain de cause après avoir poursuivi Johnson & Johnson en justice.

4800 procès liés au talc sont en cours. En mai dernier, une femme de Virginie avait reçu une indemnité de 10 millions de dollar. En 2016, la firme a été condamnée à deux reprises à verser 55 millions de dollars puis 72 autres à d'autres plaignantes.

Carol Goodrich, porte-parole de la firme a déclaré: "Nous ferons appel du verdict d’aujourd’hui car nous nous fondons sur la science qui affirme que le talc Baby Powder de Johnson & Johnson est sûr."

Qu'en dit la science?

Les études scientifiques divergent. Une étude de l’Institut américain du cancer, citée par la firme, énonce que "les preuves ne soutiennent pas une corrélation entre une exposition de la région du périnée au talc et un risque accru du cancer des ovaires".

L'American Cancer Society conclut dans un rapport qu'":il n'est pas clair si les produits contenant du talc soient cancérigènes (...) Il y a très peu de preuves en ce moment que les formes de cancers soient liés à la consommation de talc."

En attendant que de nouvelles informations soient disponibles, les personnes concernées par l'utilisation de la poudre de bébé pourraient vouloir éviter ou limiter l'emploi de produits qui la contiennent.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.