Agression sexuelle de Casablanca: "La ministre est en congé"

Publication: Mis à jour:
BASSIMA HAKKAOUI
Bassima Hakkaoui, ministre de la Famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social | Facebook/Bassima Hakkaoui
Imprimer

VIOLENCES SEXUELLES - Après un long silence de près de 48h, Bassima Hakkaoui réagit enfin à l’affaire de l’agression sexuelle dans un bus à Casablanca. Dans un post sur sa page Facebook, la ministre de la Famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social s’interroge plus qu’elle ne répond aux causes de cet acte qu’elle qualifie de "regrettable et déshonorant".

"Comment un mineur peut-il exercer la violence en étant joyeux? Comment peut-il commettre un crime dans un état euphorique comme s’il se divertissait avec un objet?", se demande-t-elle. Nous n'aurons pas de réponse dans le post partagé, pas plus que nous ne pourrons joindre la ministre. Contacté par le HuffPost Maroc, son département a répondu à nos sollicitations par un laconique "la ministre est en congé".

Dans la même publication, Bassima Hakkaoui tient à "féliciter les forces de l’ordre qui ont pu mettre la main sur les suspects dans un temps record". Elle en profite également pour rappeler le texte de loi de lutte contre la violence faite aux femmes. Adopté par la Chambre des représentants en 2016, le projet attend toujours d’être voté à la 2e Chambre. "Je continuerai à travailler de l’intérieur des institutions afin d’accélérer la publication du texte de loi", promet-elle.

Des promesses qui n’ont pas été du goût des internautes qui ont commenté la publication. Ces derniers demandent à la ministre d'apporter des solutions concrètes, quand ils n'exigent pas purement et simplement sa démission.

Pour rappel, les services de la préfecture de police de Casablanca avaient annoncé lundi l’arrestation de 6 mineurs, âgés de 15 à 17 ans, pour leur implication présumée dans "un attentat à la pudeur commis avec violences contre une fille souffrant de troubles mentaux, l’enregistrement de ces actes sur vidéo et sa diffusion sur Internet".

LIRE AUSSI: