Deux morts et deux enfants en vie sous les décombres après un séisme sur un île en face de Naples

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ITALIE - Un séisme de magnitude 4,0 ce lundi 21 août à Ischia, une île très touristique au large de Naples, a fait au moins deux morts, tandis que les secouristes tentaient encore d'extraire deux enfants en vie prisonniers des décombres.

Une femme âgée est morte à Casamicciola, dans le nord d'île, tuée par des débris tombés d'une église, selon la protection civile, tandis que selon les médias, le corps sans vie d'une autre a été repéré dans les décombres d'une maison écroulée.

Vers 4 heures du matin, les pompiers ont secouru Pasquale, un bébé de 7 mois tiré en pleurs mais vivant après des heures d'efforts. Les secouristes continuaient de creuser pour retrouver ses deux frères, avec lesquels ils pouvaient communiquer, selon la préfecture de Naples.

Selon les médias, les deux enfants, âgés de 4 et 7 ans, sont réfugiés sous un lit et l'aîné est en contact avec les secours par téléphone. C'est la mère enceinte, saine et sauve, qui a donné l'alerte, tandis que le père a été secouru vers 2h30.

Les dégâts se concentrent essentiellement sur deux petites communes de la côte nord de l'île: Casamicciola et sa voisine Lacco Ameno. Plusieurs immeubles se sont effondrés, tandis que beaucoup de bâtiments présentaient de larges fissures menaçantes.

Environ 25 personnes ont été blessées, pour la plupart légèrement.

La terre a tremblé à 20h57 , avec un épicentre à quelques kilomètres de profondeur au nord-ouest de l'île. D'abord évalué à 3,6 par l'Institut national de géophysique, le séisme a été révisé à 4,0 dans la soirée.

Le séisme principal a été suivi d'au moins une quinzaine de répliques mineures.

"Une expérience terrible"

La chaîne d'information Rai News 24 montrait des vacanciers près de leurs voitures remplies de valises. D'autres étaient assis sur des bancs publics ou se tenaient dans les jardins de leurs maisons.

Selon les médias italiens, beaucoup de voitures étaient en attente dans le port d'Ischia pour embarquer et rejoindre Naples au plus vite. Un ferry est parti vers 2h30 du matin, un autre était prévu deux heures plus tard.

Des équipes de pompiers ont été mobilisées de plusieurs régions pour être opérationnelles rapidement, a pour sa part précisé à la presse le préfet Bruno Frattasi, qui chapeaute les pompiers. Parmi elles: deux unités spécialisées dans les recherches sous les décombres.

Par ailleurs l'unique hôpital de l'île, à Lacco Ameno, a été en partie évacué, car potentiellement ébranlé par le tremblement de terre. Cinq patients ont dû être acheminés vers un autre établissement par hélicoptère.

Selon les médias, des équipes supplémentaires de pompiers et de la protection civile se trouvaient déjà sur l'île au moment du séisme pour faire face à des feux de forêts, fléau de cet été dans tout le sud de l'Italie.

Les restaurants étaient bondés et de nombreux magasins encore ouverts en ce début de soirée d'été lorsqu'un bruit sourd a retenti et que tout s'est mis à trembler, ont raconté plusieurs témoins sur Twitter.

"Une expérience terrible, tout tremblait, plongé dans le noir, les maisons qui s'écroulent, la gorge nouée, un cauchemar", a ainsi écrit une jeune femme. "J'étais sur le canapé à regarder la télé. Black-out, tremblements, quelque chose me tombe sur la tête, je hurle, je pleure, ma mère m'attrape et nous avons couru dehors", a raconté une autre.

L'électricité est revenue après quelques minutes, mais de nombreuses personnes sont restées dans les rues, hésitant à regagner les bâtiments.

L'île d'Ischia a souvent été frappée par des séismes, dont le plus grave remonte à juillet 1883. De magnitude 5,8, il avait fait plus de 2000 morts, dont la famille du philosophe Benedetto Croce, alors âgé de 17 ans et tiré vivant des décombres.

Ce séisme intervient alors que l'Italie se prépare à commémorer jeudi le premier anniversaire de celui qui avait fait 299 morts à Amatrice et dans les communes voisines dans le centre du pays. En octobre 2016 puis en janvier 2018, trois autres séismes avaient encore ravagé la même région.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.