Essais nucléaires: Un parti indépendantiste polynésien dépose plainte contre la France pour "crime contre l'humanité"

Publication: Mis à jour:
ATOMIC BOMB POLYNESIA
Nuclear explosion and atomic mushroom cloud. the image depicts a nuclear exercise in Mururoa. | Location: Mururoa, French Polynesia, France. (Photo by Kipa/Sygma via Getty Images) | jean pimentel via Getty Images
Imprimer

Le parti indépendantiste de Polynésie française dirigé par Oscar Temaru va déposer une plainte pour crime contre l'humanité visant l'Etat français pour les essais nucléaires menés pendant 30 ans dans le Pacifique, a annoncé dimanche l'un de ses cadres.

"Les Polynésiens ont été trompés et achetés par la France" durant cette période, "des rayonnements ionisants ayant été intentionnellement diffusés sur la population polynésienne", a déclaré l'ancien sénateur Richard Tuheiava sur la chaîne Polynésie 1ère. "Nous en avons des preuves", a ajouté ce membre du parti Tavini Huiraatira, sans préciser devant quelle juridiction serait lancée la procédure.

Selon lui, la France a "laissé sciemment des populations, notamment celle de l’atoll de Tureia, sous les rayonnements contaminants" lors des différents essais atmosphériques. La France a mené des essais nucléaires dans les atolls de Mururoa et Fangataufa, d'abord dans l'atmosphère puis en sous-sol, jusqu'en 1996.

Certains protestants de Polynésie française, regroupés sous la bannière de l’Eglise évangélique ma’ohi, de tendance indépendantiste, avaient déjà annoncé leur intention d'engager une démarche pour crime contre l'humanité contre l'Etat français. Les représentants de l'Etat en Polynésie française n'ont pas souhaité faire de commentaire.

De source proche de l'administration, on précise toutefois que cette plainte ne suscite aucune inquiétude dans la mesure où, dit-on, elle n’est pas recevable devant le Tribunal pénal international, ni devant aucune autre juridiction internationale.

*Dépêche traduite de l'Anglais

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.