L'agression sexuelle d'une jeune fille dans un bus indigne la toile

Publication: Mis à jour:
AGRESSION SEXUELLE JEUNE FILLE CASABLANCA
Capture d'écran
Imprimer

MOBILISATION - C'est un cri général qui s'exprime cette matinée sur les réseaux sociaux, pour dénoncer l'agression sexuelle d'une jeune fille dans un bus. La scène, d'une grande violence physique et morale, circule sur la toile, parfois de manière floutée pour épargner la dignité de la victime. On y voit une jeune fille bousculée par de jeunes hommes aux mains baladeuses et aux rires aussi cruels qu'insouciants. La vidéo, que nous avons choisi de ne pas relayer, dure un peu moins d'une minute. Un temps suffisamment long durant lequel le chahut à l'arrière du bus ne semble pas avoir perturbé le conducteur du transport en commun, qui continue de rouler. La vidéo s'arrête peu après l'intervention d'une voix masculine s'adressant au groupe: "éloignez-vous d'elle". La jeune fille est alors déjà largement dénudée, des vêtements lui ont été arrachés et son pantalon a été déboutonné.

Peu de détail sont à même d'authentifier les faits, l'identité des agresseurs, de celle de la victime, présentée sur certains posts comme atteinte d'un handicap mental, ou encore de celle de la personne tenant l'appareil ayant filmé la scène, ou ne serait-ce que la date et le lieu exacts de l'agression. La toile ne s'en indigne pas moins sur les différents réseaux sociaux et de nombreux internautes préfèrent utiliser le mot de "viol" plutôt que de parler de simple agression sexuelle.

"Du viol d'une ânesse à Sidi Kacem au viol d'une jeune fille handicapée à bord d'un bus à Casablanca. Il n'y a ni force ni pouvoir en dehors d'Allah. - Se sent furieux"

Outrée et alertée par de nombreux messages, l'association Touche pas à mon enfant a publié dans un post des captures d'écran des présumés agresseurs, et demandé aux internautes de partager la publication pour faciliter leur identification et "que cesse une fois pour toute cette ignominie".

Uniquement virtuelle pour le moment, la mobilisation pourrait prendre plus d'ampleur ce 23 août lors d'un sit-in organisé de 16h30 à 19h à Casablanca, sur la place Maréchal. Un sit-in pour en solidarité avec la victime de cette agression et dénoncer le harcèlement sexuel dans l’espace public et l'impunité.

LIRE AUSSI: