Quand les stars parlent des bienfaits de consulter un psy sur leur vie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

PSYCHOLOGIE - Assez de stigmatiser la thérapie! Non seulement elle est d'une importance vitale pour traiter les maladies mentales, mais en règle générale, son impact sur le bien-être peut s'avérer immense. Des études ont démontré que parler à un psychologue favorisait la mise en place de connexions neuronales plus positives. Cela aide également à trouver du sens à sa vie et à mieux gérer le stress.

Malgré tous ces avantages, les problèmes psychologiques sont encore montrés du doigt — et c'est ce type de jugements qui empêchent beaucoup de gens de chercher à se faire aider. Mais de plus en plus de personnalités publiques s'attaquent à l'idée ridicule qui veut faire de la thérapie quelque chose de négatif. Voici quelques citations sur l'importance de voir un psychologue. Elles le montrent bien: il n'y a pas de honte à avoir.

1. "Demander de l'aide est toujours un signe de force." —Michelle Obama

michelle obama yuri gripas

L'ancienne First Lady a fait l'éloge de la thérapie dans une interview de 2016 accordée au magazine Prevention. Elle pensait tout particulièrement aux vétérans exposés au stress post-traumatique.

"J'ai très souvent rencontré des militaires et leurs conjoints qui hésitaient à faire la démarche, pensant devoir gérer leurs problèmes tout seuls ou que cela aurait fait d'eux des personnes faibles, malades. Bien sûr, rien n'est moins vrai... Nos soldats, nos vétérans et leurs familles comptent parmi les gens les plus courageux et résistants que j'ai jamais rencontrés, et demander de l'aide est toujours un signe de force."

2. "J'accorde beaucoup d'importance à mon cerveau et à mon cœur. Je ne vois pas ce qu'il y a d'anormal à m'assurer qu'ils restent aussi sains que ma dentition." —Kerry Washington

kerry washington danny moloshok

La star de la série "Scandal" a évoqué sa thérapie en 2015 avec le magazine Glamour. Dans cet entretien auquel participaient aussi Sarah Jessica Parker et Michelle Obama, elle a insisté sur un point: si elle s'exprime sur ce sujet dans les médias, c'est qu'à ses yeux, santé mentale et santé physique devraient être mises sur le même plan.

"J'en parle publiquement parce que pour moi, il est essentiel de mettre fin à la stigmatisation qui entoure les problèmes psychologiques. J'accorde beaucoup d'importance à mon cerveau et à mon cœur. Je ne vois pas ce qu'il y a d'anormal à m'assurer qu'ils restent aussi sains que ma dentition. Je vais bien chez le dentiste, alors pourquoi m'interdire de voir un psy?"

3. "Ce n'est pas être faible que de reconnaître qu'on a besoin d'aide." —Jon Hamm

jon hamm danny moloshok

Cette année dans les pages d'InStyle, l'acteur a expliqué que se faire suivre par un professionnel l'aidait à surmonter les difficultés de la vie, comme sa rupture avec la scénariste et productrice Jennifer Westfeldt.

"Un traitement est un traitement, qu'il touche votre coude, vos dents ou votre cerveau. Et c'est quelque chose d'essentiel." Il souligne également que commencer une thérapie ne fait pas de vous quelqu'un de fragile ou d'inférieur. "Dans le monde où on vit, admettre le moindre point négatif est considéré comme une faiblesse, alors que c'est plutôt une force. Ce n'est pas être faible que de reconnaître qu'on a besoin d'aide. C'est même bénéfique à long terme, car ça vous oblige à résoudre le problème."

4. "Qu'on souffre ou non d'un trouble psychologique, je pense qu'il est bon de parler à quelqu'un — surtout à un professionnel." —Demi Lovato

demi lovato carlo allegri

Cela fait des années que la musicienne et actrice parle ouvertement de sa santé mentale. Pour elle, il est stupéfiant que certains trouvent encore cela honteux. Dans une interview accordée au HuffPost en février, elle met en valeur les avantages d'assurer son équilibre émotionnel en voyant un psychologue.

"Ce qui me surprend le plus, c'est la quantité de gens qui ont peur d'évoquer ce type de sujets. Tout le monde devrait essayer de faire une thérapie. Qu'on souffre ou non d'un trouble psychologique, je pense qu'il est bon de parler à quelqu'un — surtout à un professionnel."

5. "Avant, j'évitais le plus souvent de faire face à ce que je ressentais. Je n'ai plus le temps de faire ça aujourd'hui." —Brad Pitt

brad pitt juan medina

L'acteur a révélé cette année à GQ Style qu'il se faisait suivre depuis sa séparation avec Angelina Jolie. Il a aussi mis le doigt sur une vérité de taille pour qui cherche un psychologue: on ne tombe pas toujours juste du premier coup.

"Je viens de commencer une thérapie, vous savez. Ça me fait vraiment un bien fou. J'ai essayé deux psychologues avant de finir par trouver le bon."

Le processus l'a aussi amené à beaucoup réfléchir sur lui-même. "Je pense qu'avant, j'évitais le plus souvent de faire face à ce que je ressentais. Je n'ai plus le temps de faire ça aujourd'hui."

6. "Il est essentiel pour moi de pouvoir me confier à quelqu'un dès qu'il y a un problème." —Brandon Marshall

brandon marshall usa today sports

Le joueur de football américain (numéro 15 sur la photo), star de la NFL et cofondateur de Project 375, une association consacrée aux troubles psychologiques, avait déjà évoqué son trouble borderline (ou trouble de la personnalité limite). En mai dernier, il soulignait l'importance de bénéficier d'un soutien extérieur dans les périodes de grande fragilité au cours d'un entretien avec l'association Child Mind Institute, dédiée aux enfants souffrant de maladies mentales.

"Il est essentiel pour moi de pouvoir me confier à quelqu'un dès qu'il y a un problème, même s'il m'est très difficile d'exprimer mes sentiments."

7. "Il faut aider les jeunes et leurs parents à comprendre que demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse." —Kate Middleton

kate middleton neil hall

La famille royale se consacre beaucoup à la sensibilisation aux questions de santé mentale. Elle a lancé en avril 2016 l'association "Heads Together", qui s'engage dans tout le Royaume-Uni contre la stigmatisation de ces problèmes. Le duc et la duchesse de Cambridge ainsi que le prince Harry ont affirmé publiquement que face aux troubles psychologiques, se faire traiter par un professionnel peut faire toute la différence — surtout en ce qui concerne la jeunesse.

"Il faut aider les jeunes et leurs parents à comprendre que demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse", a déclaré Kate Middleton en 2015, lors d'une manifestation dédiée à la santé mentale.

8. Matt McGorry

matt mcgorry danny moloshok

Cet acteur phare de la série "How To Get Away With Murder" est bien connu pour sa grande liberté de ton sur les réseaux sociaux, y compris sur ce sujet. En mai dernier (le mois de la sensibilisation aux maladies mentales aux États-Unis), il a évoqué sa propre expérience sur Twitter, défendant l'idée d'un accès universel aux soins.

"Le fait de voir un thérapeute devrait être gratuit pour tout le monde, et non pas réservé à ceux qui peuvent se le payer", a-t- il affirmé. Tout est dit.

9. "Nul ne devrait avoir à souffrir en silence, et il n'y a pas de honte à se faire aider." — Catherine Zeta-Jones

😏

Et opslag delt af Catherine Zeta-Jones (@catherinezetajones) den

Dès 2011, époque où il était certainement moins courant de mettre les troubles psychologiques sur le devant de la scène, l'actrice avait confié sa bipolarité au magazine People. Elle déclarait n'avoir aucune difficulté à parler de sa maladie, si cela peut encourager les autres à prendre soin d'eux-mêmes.

"Ce problème affecte des millions de gens, dont je fais partie. Si en révélant que je souffre d'un trouble bipolaire de type 2, j'ai pu inciter ne serait-ce qu'une seule personne à se faire aider, alors cela en valait la peine. Nul ne devrait avoir à souffrir en silence, et il n'y a pas de honte à demander de l'aide."

10. "C'est merveilleux de pouvoir parler à quelqu'un sans être jugé." —Katy Perry

La chanteuse a récemment partagé sur YouTube un live stream d'un entretien avec son thérapeute, au cours duquel elle se confiait sur ses idées suicidaires. Discutant de cette décision avec la station de radio australienne KIIS FM, elle a expliqué que ces séances étaient d'une aide précieuse pour son équilibre émotionnel.

"Je vois un psy depuis environ cinq ans, et je dirais que les bienfaits en ont été immenses. C'est merveilleux de pouvoir parler à quelqu'un sans être jugé — je ne crois pas que beaucoup de gens aient cette chance. Je le recommande à tout le monde."

11. "Chaque séance a amélioré ma vie." —Rachel Bloom

Hi @cyborgturkey

Et opslag delt af Rachel Bloom (@racheldoesstuff) den

L'actrice, principalement connue pour son rôle dans la série à succès "Crazy Ex Girlfriend", a confié à Glamour être régulièrement suivie par un psychiatre. À ses yeux, cette démarche a eu un impact profond sur son bien-être mental. Son témoignage est la preuve que chacun a ses besoins en matière de thérapie, mais que cela vaut la peine d'essayer jusqu'à avoir trouvé ce qui vous convient.

"J'avais déjà vu plusieurs thérapeutes, mais c'était la première fois que je m'adressais à un psychiatre. Chaque séance a amélioré ma vie. Il m'a diagnostiqué une dépression mineure, et m'a prescrit du Prozac à petite dose. Les stéréotypes veulent nous faire croire que les antidépresseurs vous empêchent de ressentir quoi que ce soit, mais ils n'ont pas eu cet effet sur moi."

12. "La thérapie, c'est quelque chose de magnifique." —Jenny Slate

jenny slate kevork djansezian

L'actrice principale du film "Landline" a chanté les louanges de la thérapie dans un entretien récent avec Marie Claire, affirmant que consulter un professionnel n'avait rien de négatif — cela devrait même plutôt être salué.

"Vous savez ce qu'il y a de bizarre dans la télé-réalité? Absolument tout! Par exemple, les nanas se disent souvent qu'elles devraient se faire soigner, comme si c'était une insulte. Genre 'Ça ne va vraiment pas chez toi, ma pauvre. Tu devrais aller voir un psy.' Sauf qu'on a tous besoin de parler à quelqu'un. La thérapie, c'est quelque chose de magnifique."

On ne saurait mieux dire.

Cet article, publié à l'origine sur le HuffPost américain, a été traduit par Guillemette Allard-Bares.

LIRE AUSSI: