L'assaillant de l'attaque au couteau à Turku, en Finlande, identifié comme citoyen marocain

Publication: Mis à jour:
TURKU
Des policiers dans le centre de Turku, le 18 août. | Lehtikuva Lehtikuva / Reuters
Imprimer

TERRORISME - Après l'implication en Espagne de Marocains dans les attentats survenus ces 17 et 18 août à Barcelone et Cambrils, c'est en Finlande que l'assaillant de l'attaque au couteau perpétrée hier à Turku, a été identifié par la police finnoise comme un citoyen marocain de 18 ans.

"Le suspect est un citoyen marocain âgé de 18 ans. Il a été appréhendé suite à l'utilisation de la force policière"

L'agresseur présumé a été hospitalisé hier après avoir été blessé par balle par des policiers lors de son interpellation. La police n'a pas encore pu l'interroger, précise ce matin une dépêche de l'AFP.

Alors que la police nationale déclarait hier à l'occasion d'une conférence de presse ne pas pouvoir "dire à ce stade de l'enquête" s’il s’agit ou non d’un acte terroriste, des informations reçues durant cette nuit par la police ont conduit ce samedi 19 août à l'ouverture d'une enquête pour "tentative et acte de terrorisme".

Deux personnes de nationalité finlandaise sont décédées dans cette attaque, tandis que huit autres ont été blessées après avoir été poignardées vendredi après-midi dans le centre-ville de Turku, sixième plus grande ville de Finlande, située au sud-ouest du pays. Parmi les blessés figurent un Italien et deux Suédois.

"Plusieurs arrestations"

"Plusieurs personnes ont été interpellées dans le cadre de l'attaque survenue à Turku", déclarait hier à la télévision publique Yle, Markus Laine, du Bureau national d'investigation, rapportait ce 18 août la MAP dans une dépêche.

Ce samedi, la police finlandaise précise avoir arrêté 5 personnes lors d'une perquisition menée cette nuit dans un appartement de Turku, sans indiquer pour l'instant si les détenus ont un quelconque lien avec l'attaque, indique le commissaire Markus Laine, du Bureau national d'enquête. Ce dernier souligne toutefois que tous "ont été en contact avec le principal suspect".

LIRE AUSSI: