Un concert en hommage à Blaoui El Houari à Alger

Publication: Mis à jour:
BLAOUI EL HOUARI
APS
Imprimer

Un vibrant hommage, tout en musique, a été rendu jeudi à Alger par des musiciens et chanteurs algériens à l'un des pionniers de la chanson oranaise moderne, Blaoui El Houari disparu le mois dernier.

Organisée à l'Opéra d'Alger Boualem Bessaih, cette soirée a vu se succéder sur scène les chanteurs Amel Atbi, Maati El Hadj et Baroudi Benkhedda qui ont invité le public à redécouvrir le riche répertoire de Blaoui El Houari.

Accompagné d'un orchestre dirigé par Kamel Mâati, le chanteur Mâati El Hadj a replongé le public, peu nombreux à avoir fait le déplacement, dans l'univers de la chanson oranaise moderne en rendant hommage aux deux monuments du genre, Blaoui El Houari et Ahmed Wahbi, en interprétant "El Kindil", une chanson écrite et composée par Blaoui El Houari en hommage à Ahmed Wahbi.

Le chanteur a également proposé au public des morceaux des plus connus du défunt à savoir "Chahlet Lâayoun" et Fat Elli Fat", avant que la jeune chanteuse Amel Atbi ne reprenne "Matouel Dellil" de Ahmed Wahbi.

Un grand nom de la chanson oranaise et élève de Blaoui El Houari, Baroudi Benkhedda a également pris part à cet hommage en reprenant ce que le maître réussissait le mieux, reprendre les poèmes du malhoun, en proposant à son auditoire des morceaux du terroir comme "Serredj" et "Ach Bkali".

Avec une voix cristalline et autant d'élégance que son mentor, Baroudi Benkhedda, qui a rappelé que "toute une génération de chanteur devait son succès à Blaoui El Houari", a également interprété "Merssem Wahran" comme un "hommage rendu à la ville et à ses enfants".

L'orchestre composé entre autres du violoniste Khalil Baba Ahmed, du guitariste Aboubakr Mâatallah ou encore du joueur de qanoun Belkacem Benalioua s'est également incliné à la mémoire du compositeur de génie qu'était Blaoui El Houari.

Né le 23 janvier 1926 à Haï Médina J’dida, à Oran, Blaoui El Houari, s'est imprégné des musiques du terroir et a réarrangé plusieurs textes de la poésie bédouine de Cheikh Hamada et Cheikh Belmadani et avait également composé et interprété "Zabana", sur un texte écrit par Cherif Hammani, rencontré en prison durant la guerre de libération.

Outre un répertoire riche de plus de 500 chanson, il avait contribué à l’émergence de nombreuses stars de la chanson oranaise et du raï durant les années 1980, à l'image de Khaled, qui a repris de nombreux titres de son répertoire, Mami ou encore Houari Benchennat.

En avril dernier, Blaoui Houari avait reçu la médaille de l’ordre du mérite national au rang de "Achir", décernée par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Blaoui El Houari s'est éteint le 19 juillet dernier à Oran à l'âge de 91 ans.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.