"Les crédits à la consommation sont en augmentation constante" s'alarme le directeur général de l'institut national de la consommation

Publication: Mis à jour:
TUNISIAN FAMILY
FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Environ 800 mille familles tunisiennes sont endettées auprès de leurs banques, ce qui signifie 20.800 millions de dinars de crédits accordés aux ménages. Un montant qui a doublé par rapport à 2010 et qui continue à augmenter chaque année de 17%. Ces chiffres accablants ont été présentés par Tarek Ben Jazia, directeur général de l'institut national de la consommation (INC) sur les ondes de Mosaïque Fm, le 17 août.

Autre élément reflétant l'endettement des Tunisiens, le montant des crédits, objets d'un litige ou impayés, qui ont augmenté de 19% soit 854 millions de dinars en 2016 contre 586 millions de dinars en 2015.

Et certains Tunisiens ne sont pas endettés qu'auprès de leurs banques mais aussi auprès de magasins pour l'achat à crédit, de comptes sociaux des entreprises, de personnes qui donnent illégalement des crédits avec un taux d'intérêt préférentiel sans compter la famille et les amis, a expliqué le directeur de l'INC qui s'alarme sur l'endettement provenant de sources multiples de certains Tunisiens, qui ne fera qu' "amplifier leur surendettement".

Pourquoi une telle hausse de l'endettement des ménages?

Selon Tarek Ben Jazia, la croissance de l'endettement est due à la baisse du pouvoir d'achat conjuguée à l'inflation galopante de certains produits.

S'ajoute à cela "une conjoncture difficile où s'enchaine depuis quelques années ramadan, l'aïd Al Fitr, les festivités de l'été, les soldes, le aïd Al Kbir, la rentrée scolaire sans oublier les autres occasions comme les mariages(...)", a-t-il expliqué.

Une pression financière conjoncturelle qui s'ajoute à d'autres besoins. En effet, le directeur de l'INC a souligné que les plus grands crédits servent à l'achat ou le réaménagement d'une maison.

"Mais malgré leur faible montant, les crédits à la consommation sont en augmentation constante", a-t-il alerté en appelant les Tunisiens à essayer de raisonner leurs dépenses.

À noter que les produits alimentaires et l’habillement sont les produits qui ont subi la plus forte inflation depuis 2010, a révélé l’Observatoire tunisien de l’économie.

D’après l’observatoire, alors que l’ensemble du panier des ménages a augmenté de 36,3 % entre janvier 2010 et avril 2017, certains produits ont connu une forte inflation allant jusqu’à 80% depuis 2010, ce qui confirme le sentiment général d’une augmentation du coût de la vie par la population.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.