C'est officiel, le ministre de l'Investissement, du développement et de la coopération Internationale et ministre des Finances par intérim Fadhel Abdelkefi démissionne

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le ministre des Finances par intérim et ministre de l'Investissement, du développement et de la coopération Internationale, Fadhel Abdelkafi vient d'annoncer sur les ondes de Mosaïque Fm qu'il a officiellement déposé sa lettre de démission des deux ministères qu'il occupe au chef du gouvernement Youssef Chahed. "Je suis actuellement un ministre démissionnaire" a-t-il lancé.

Selon la même source, Youssef Chahed aurait accepté sa démission et l'aurait remercié pour tous les efforts qu'il a fourni.

Fadhel Abdelkefi continuera ainsi à gérer les affaires courantes des deux ministères en attendant un prochain remaniement.

Cette démission vient confirmer les rumeurs qui prévoyaient un départ du ministre.

En effet, Fadhel Abdelkefi aurait demandé au Chef du gouvernement de l'épargner de son poste à la tête du ministère des Finances, afin d'éviter la situation de conflit d’intérêt à la suite de cette affaire dans laquelle il avait été jugé en première instance et par contumace. L’affaire a, en effet, été introduite par la Douane qui est un département dont le ministère des Finance a la tutelle directe. Il préfère, ainsi, ne pas se présenter devant le juge en qualité de ministre ce qui élimine toute possibilité de conflit d’intérêts.

Le journal Achourouk dans son édition du mardi 15 août 2017 avait publié un article annonçant le fait qu'une peine de prison venait d’être prononcée par contumace à l’encontre d'Abdelkefi.

Le journal a précisé qu'il a été également condamné à une amende de 1,8 million de dinars et ce dans le cadre d’une affaire intentée à son encontre par la douane tunisienne en 2013.

Achourouk a révélé que la société de Fadhel Abdelkefi à savoir Tunisie Valeurs avait ouvert une filiale au Maroc. Afin de pouvoir exporter des sommes d’argent en devise vers le Maroc, la société en question a vendu des sites électroniques et des logiciels de programmation d’une valeur de 1,5 millions de Dirhams marocains soit 250 mille dinars tunisiens. Toutefois, la somme restante ne serait pas retournée vers le pays conformément à la loi de change indique le journal.

Le même journal a affirmé que la somme restante avait été utilisée pour l’augmentation du capital de la nouvelle filiale de la société au Maroc à travers l’intégration des dettes commerciales.

Lors d'une conférence de presse tenue le jour même, le ministre a nié toute implication dans des affaires de corruption en manifestant son intention d'éviter tout reproche éventuel de conflit d'intérêt avec l'État. Il avait indiqué qu’il ne quittera pas son poste tant que le budget de l’État pour l’exercice 2018 est en cours de préparation.

Le ministre a, toutefois, fait appel, le 10 août courant, du verdict émis par la justice à son encontre en 2014 et qui le condamnait à la prison et à payer 1.8 million de dinars.

Un remaniement imminent?

La démission de Fadhel Abdelkefi de deux ministères majeurs dans les circonstances actuelles annoncent-ils un remaniement urgent du côté de la Kasbah? "Non. On va l'accélérer mais ne vous attendez pas à un remaniement aujourd'hui" affirme une source proche du Chef du gouvernement au HuffPost Tunisie: "Un remaniement était déjà prévu de longue date. Les noms des ministres sortants et entrants sont quasiment bouclés. Le chef du gouvernement avait prévu de mettre quelqu'un aux Finances mais l'on comptait sur Fadhel Abdelkefi pour rester à l'Investissement" déplore-t-il.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.