La veille de l'attentat, une explosion à Alcanar, au sud de Barcelone, serait liée à l'attentat sur les Ramblas

Publication: Mis à jour:
RFR
Twitter/marisagallero
Imprimer

TERRORISME - L'enquête sur les attentats de Barcelone et Cambrils en Espagne ne fait que commencer, mais les enquêteurs savent déjà qu'un fait majeur pourra leur permettre de reconstituer le puzzle macabre qui a mené à ces attaques. La veille du premier attentat, celui perpétré dans la capitale catalane jeudi 17 août, une explosion dans un logement a fait un mort et sept blessés.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, une très forte explosion a défiguré, peu avant minuit, un logement de la petite commune d'Alcanar, dans la province de Tarragone. La ville est située à quelque 200 kilomètres au sud de Barcelone, proche également de Cambrils.

Dans les décombres, les enquêteurs ont retrouvé des dizaines de bouteilles de gaz.

Peu avant l'attentat de Barcelone jeudi, vers 16h50, une deuxième explosion a eu lieu au même endroit, faisant encore plusieurs blessés.

"J'ai senti l'explosion alors que je me promenais à Alcanar, j'espère que tout le monde va bien"

Plusieurs hommes ont été arrêtés après l'attaque de Barcelone. L'un d'eux, né à Melilla (une enclave espagnole au Maroc), a justement été arrêté à Alcanar.

Jusqu'ici, toutes les pistes étaient encore à l'étude sur l'origine des explosions d'Alcanar, dont les enquêteurs se sont d'abord demandé si elles étaient liées à un accident domestique dû au gaz. Mais le chef de la police catalane, Josep Lluis Trapero, a indiqué jeudi en conférence de presse que les enquêteurs avaient établi un lien "clair" et comportant "peu de doute" entre la première explosion d'Alcanar et l'attaque de Barcelone. "Nous soupçonnons qu'ils (les occupants du logement) préparaient un engin explosif", a-t-il dit.

La police doit désormais établir si les attaques de Barcelone et Cambrils, dont elle considère qu'elles sont liées, ont pu être précipitées après les explosions d'Alcanar.

Au moins 13 personnes sont mortes jeudi dans l'attaque au camion-bélier sur l'artère touristique des Ramblas de Barcelone, revendiquée par le groupe jihadiste État islamique. Une centaine d'autres a été blessée, dont 26 Français, a annoncé ce vendredi 18 août le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Six civils et un policier ont par ailleurs été blessés tôt ce vendredi à Cambrils, une ville touristique à 120 km au sud de Barcelone, quand des "terroristes présumés" ont foncé dans la foule avant d'être abattus par la police.