La police de l'environnement a dressé près de 350 amendes en moins d'un mois rien qu'au niveau de la municipalité de Tunis

Publication: Mis à jour:
ZDZDE
Facebook/police de l'environnement
Imprimer

Au niveau de la municipalité de Tunis, la police de l'environnement a relevé près 350 infractions depuis son entrée en fonction a affirmé le coordinateur de la police environnementale Amor Neifer à la radio Mosaïque Fm.

Si dans un premier temps, cette police est entrée en fonction sans dresser des procès-verbaux, cela est possible depuis le 26 juillet dernier. Depuis cette date et "jusqu'au 16 août, nous avons dressé près de 350 amendes" a-t-il révélé ajoutant que les amendes rédigées étaient toutes de 40 et de 60 dinars. "Quant aux délits, ils ne sont pas encore sanctionnables" a-t-il affirmé.

Ainsi au niveau de la municipalité de Tunis, c'est 45 agents répartis en 3 équipes "l'une le matin, l'autre l'après-midi et enfin la dernière le soir" révèle Amor Neifer.

Ces 45 agents couvrent l'ensemble du territoire municipal de Tunis qui est composé de 15 arrondissements. "Ils vérifient que les personnes jettent bien leurs ordures dans les endroits dédiés" mais également si les commerçants respectent la loi: "Ils contrôlent si les commerçants ont signé la convention relative à la gestion des déchets (...) avec la municipalité de Tunis".

Entrée en fonction officiellement le 13 juin 2017, et ce, après un retard enregistré pour des raisons organisationnelles et logistiques, la police de l'environnement compte près de 2 mois d'existence seulement.

Prévue pour le premier trimestre 2017, elle a été reportée par le ministère des Affaires locales et de l’environnement afin d’assurer la formation nécessaire de 300 agents, d’installer des conteneurs et d’équiper les voitures qui seront mis à leurs dispositions pour assurer leurs missions.

Plus de 80% des Tunisiens approuvent qu'une amende soit imposée à toute personne qui jetterait des déchets dans l’espace public, c’est ce qu’a révélé une étude réalisée par la fondation allemande Heinrich Böll en partenariat avec le bureau d'études One to One pour les recherches et sondages.

Conscients de l’importance des problèmes environnementaux, 75% des Tunisiens interrogés assurent qu’ils sont prêts à changer leurs habitudes de consommation et approuvent l’abandon des sacs plastiques.

Selon ce sondage, presque 60% des Tunisiens sont fortement concernés par la question environnementale quoiqu’elle ne figure pas à la tête de leurs préoccupations, et ce contrairement aux questions politiques et économiques.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.