Le DJ anglais James Holden s'inspire des Gnawa pour son nouvel album

Publication: Mis à jour:
JAMES HOLDEN
James Holden
Imprimer

MUSIQUE - Le producteur et DJ anglais James Holden a annoncé mercredi la sortie de son nouvel album composé avec le groupe de musique The Animal Spirits. Après son dernier album “The Inheritors" sorti en 2013, le producteur revient avec un rythme différent, issu de son amour pour cette musique traditionnelle venue d’Afrique subsaharienne.

S’il avait habitué son public à un style plus expérimental et délibérément désordonné, il a choisi cette fois-ci de puiser dans le répertoire gnawi tout en préservant ce côté décalé qu’il affectionne tant.

"On a tout enregistré en direct, en une seule fois et en une seule prise dans mon studio l'été dernier," écrit le DJ sur sa page Facebook.

Dans son single “Pass through the fire”, on reconnait le rythme gnawa qui donne le tempo à toute la chanson. Quelques instruments occidentaux s’incrustent le long de la composition où l’on peut entendre le son d’un saxophone, d’une trompette, d’une batterie ou encore d’un synthétiseur en plus des sons électroniques du DJ. Cette fusion de matières musicales aboutit à une polyrythmie élastique et hypnotique, une marque de fabrique du DJ anglais.

Coup de foudre musical

L’anglais a découvert la musique gnawa en 2014 à Marrakech après avoir été invité par Boiler Room à jouer avec les Maâlems Mohammed Kouyou et Mahmoud Guinia en compagnie des DJ-producteurs Floating Points, Vessel et Biosphere. Une véritable révélation pour le producteur anglais.

Depuis, Holden continue son aventure avec la musique gnawa en collaborant notamment en 2015 avec Maâlem Mahmoud Guinia et Floating Points pour enregistrer un mini album de quatre titres dont “Marhaba” et “Bania”. En 2016, James Holden retourne à Marrakech pour jouer en compagnie de Maâlem Houssam Guinia et son groupe de gnaoua à la première édition du festival Atlas Electronic.

Ce nouvel album est le fruit de plusieurs jam-sessions notamment dans les loges avant chaque concert, comme l’explique sur son site “Border Community”, la maison de disque du DJ. Les styles des différents musiciens se sont mélangés pour donner vie à un nouveau genre musical fluide et universel. Selon le label, c’est un point de non-retour pour le DJ qui a débranché son casque stéréo pour établir “une nouvel norme de représentation organique et interconnectée de musique électronique sur scène” et se préparer pour une tournée cet automne, avec son nouveau groupe éclectique.

Le tagnaouite n’a donc plus de secret pour le DJ anglais qui en fait une partie intégrante de ses récentes compositions, que le public pourra découvrir dès le 3 novembre prochain dans son nouvel album enregistré par le label “Border Community”.

LIRE AUSSI: