Aggravation du déficit de la balance alimentaire de 87% durant les sept premiers mois de 2017

Publication: Mis à jour:
TUNISIA PORT
A general view shows a shipping container area at the port of Halk al-Wad, in Tunis February 19, 2013. Economic disaster is by no means inevitable. New foreign direct investment jumped to 3.00 billion dinars in 2012 from 1.62 billion in 2011, partly because of privatisations, according to official data. Last year's total exceeded the 2.17 billion dinars recorded in 2010, before the revolution. The data shows that because of Tunisia's strengths, including its educated population and proximity to | Anis Mili / Reuters
Imprimer

Le déficit de la balance commerciale alimentaire s’est aggravé de 87%, durant les sept premiers mois de l’année courante, pour se situer au niveau de 754,8 millions de dinars (MD), en comparaison avec la même période de l’année 2016 (402,4 MD).

Selon les données publiées, mercredi, par le ministère de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, ce déficit (qui représente 8,7% du déficit global de la balance commerciale), est accompagné par la baisse du niveau de la couverture des importations par les exportations à 80,1%, contre 70,8% en 2016.

Le département de l’agriculture a expliqué ce déficit par la hausse de la valeur des importations alimentaires (28,1%), dont notamment les produits de base (77% de la valeur des importations contre 68%, à fin juillet 2016), contre une augmentation moins importante de la valeur des exportations (13,3%).

Un rythme accéléré des importations des produits alimentaires de base

D’après le ministère, la hausse des importations alimentaires (d’une valeur de 2587,4 MD) est due à l’accélération du rythme des importations de la plupart des produits alimentaires de base, dont les prix sont en hausse continue, face à la dépréciation du dinar contre les devises étrangères. Il s’agit là, notamment du sucre, des huiles alimentaires, des viandes rouges, blé tendre, maïs, lait et dérivés, etc.

En revanche, le ministère fait état de la régression de la valeur des importations d’autres produits alimentaires, en l’occurrence, les pommes de terre (-36%), l’orge (-6%) et le blé dur (-2%), et ce, en raison de l’amélioration des niveaux de la production locale.

Amélioration des exportations grâce à la hausse des recettes des dattes

Les exportations des produits alimentaires ont atteint, à la fin de juillet 2017, environ 1832,6 MD (une évolution de 13,3%), grâce à la hausse des recettes des dattes de 14%, pour atteindre environ 361 MD, et ce, au vue de l’accroissement des prix de 27% et de la diversification des marchés (plus de 70 destinations mondiales), mais aussi des produits de la mer (56%), de pâtes alimentaires (8%), et de légumes frais (19%).

S’agissant des recettes de l’exportation des fruits de la saison estivale, ils ont évolué de 25% pour s’établir au niveau de 37,8 MD. Ces exportations ont concerné notamment la pastèque, la pêche, l’abricot et le raisin.

Faut-il noter que la valeur des exportations alimentaires, durant les sept premiers mois de l’année en cours, représente 9,5% du total des exportations tunisiennes, contre 9,8%, à fin juillet 2016.

La balance commerciale alimentaire devrait s’établir. D’après le ministère de l’Agriculture, le niveau de la couverture des importations par les exportations se situera, à fin de 2017, à 73% contre 71,4%, à fin 2016.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.